La Loupe du Rénovateur : Entre la course de la majorité et l’impassibilité de l’opposition !

CHEIKH-TIDIANE-DIA-RENOVATEUR1-300x200Le 10 octobre est passé. C’était la date approximativement fixée par ceux qui s’étaient réunis le 07 septembre dernier au palais des congrès de Nouakchottpour entrer dans le vif du dialogue avec ou sans le FNDU.
L’opinion publique se doutait bien de cette projection temporelle sur un événement qui est censé apporter des réponses à des questions aussi importantes qui doivent engager tous les acteurs politiques du pays, sa société civile et tousses segments qui s’emploient à sortir la Mauritanie de ses nombreuses impasses.
Pour que cette problématique globale puisse être épluchée avec intelligence, bonne foi et en toute transparence, il n’y a pas lieu à se presser, à livrer une course contre la montre et surtout contre la volonté du réel. Rien ne doit pousser à la précipitation car même face à l’urgence il faut savoir imposer la patience et la réflexion.
Pourquoi s’obstiner à tirer le taureau par les cornes. Aucune échéance politique ne pointe à l’horizon pour vouloir brûler les étapes et se presser d’arriver à destination à tout prix. La majorité n’est qu’une partie de ce dialogue qu’elle veut d’ailleurs inclusif et élargi. Le gouvernement quant à lui est en train de jouer un jeu qui n’est pas le sien dans une démocratie qui se respecte. Il n’est pas dans les dispositions convenables de forcer le dialogue , de sillonner le pays pour faire un bourrage des crânes à un peuple qui n’est pas concernée directement par un dialogue qui est l’affaire des acteurs politiques en premier.
Consacrer des caravanes coûteuses pour expliquer sa vision comme si seul compte aux yeux de ce peuple ce que dit le gouvernement. On n’est pas en campagne électorale, ni en référendum- sauf cela est inavoué- pour se lancer dans une vaste opération de charme où on met la vérité de son côté et le mensonge du côté de ses adversaires qu’on accable de tous les maux. Le FNDU n’a pas forcément raison mais il a la liberté de dire non à un dialogue dont les règles du jeu ne sont clairement définies.
Le FNDU a sa vision qu’il a plusieurs fois exposée à l’opinion. Mais il suffit d’y regarder de plus près pour savoir qu’en réalité le blocage n’est pas dans le fond mais dans plutôt dans la forme à donner à ce dialogue. C’est dire qu’il y a une sorte de rejet réciproque qui empêche de dépasser les détails. En écoutant les ténors de la majorité et le discours des membres des gouvernements, l’observateur le moins averti comprendra qu’il n ya pas de sujets tabous dans le contenu à donner au dialogue inclusif.
Tout se discute sans contrainte. Il y a en revanche des questions sur lesquelles quelques divergences subsistent mais qui ne constituent pas à priori des obstacles majeures à un démarrage des assises nationales sur un dialogue censé passer en revue l’ensemble des questions fondamentales qui d’ailleurs ne sont pas que politiques. Elles touchent à des domaines vastes et variés. Il est permis de constater à ce stade actuel où le pouvoir engage un marathon à sens unique pendant que le FNDU fait un arrêt sur image de sa position toujours inflexible , que les attentes du peuple sont loin d’être satisfaites par des acteurs qui refusent de dépasser leurs orgueils pour entrer dans une phase décisive pour l’avenir politique du pays.
Quand les grands zébus se battent ce n’est pas le troupeau n’a pas le pouvoir de jouera au médiateur. En politique tout est déterminé par la volonté des uns et des autres de renoncer aux petites phrases pour aller à l’essentiel. Le peuple est là pour juger et quand il faut il arbitrera. Mais la balle est pour le moment dans le camp des zébus politiques.

CTD

Source:  Le Rénovateur Quotidien

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge