La Loupe du Rénovateur : Le « vrai- faux » dialogue politique !

 RénovateurLe Rénovateur Quotidien (Mauritanie) : Les mauritaniens sont de nouveau conviés au faux rendez –vous de la propagande politique. Une énième farce par laquelle on cherche une fois de plus à les détourner des vrais problèmes qui entravent le développement de leur pays.
Si l’opinion considère déjà cela comme un non événement, la classe politique en mal d’activités veut en profiter pour entrer dans des débats sans aucun enjeu pour une démocratie qui ne vole pas haut.
Et pour cause ! Les intentions sont loin de correspondre à une réelle volonté de sortir le pays de ses crises politiques. Le Président Mohamed Ould Abdel Aziz a pris sur lui l’engagement de contrôler toute la situation sans laisser aux oppositions la moindre petite place digne d’une démocratie participative.
L’homme qui dirige le pays pense peut-être que c’est en réduisant le jeu politique à son propre égo que la démocratie qu’il veut construire survivra aux attaques de ses adversaires. Dès lors il s’appuie sur sa majorité qu’il instrumentalise à sa guise pour laminer lentement les forces politiques qui lui font bloc. Ces dernières désarmées et lasse de fausses promesses, n’ont plus que le verbe pour exprimer leur colère.
Ce dialogue qui n’en est pas un est dans ses prémices mêmes mal défini. A y voir de plus près, le Président a lancé depuis Chinguitty , un ballon d’essai pour jauger l’état d’esprit de ses adversaires dans la perspective des sénatoriales prochaines. Quelques jours seulement après, le leader de APP Messaoud Ould Boulkheir rentre en danse pour proposer une feuille de route.
La nouvelle est ensuite transmise au FNDU. La confusion commence à gagner les rangs du front de l’opposition sur la nécessité ou pas de s’engager dans les pourparlers. Quelques jours seulement après son retour aux affaires, l’ancien Premier Ministre Moulaye Ould Mohamed Lagdaf reprend en main l’initiative du pouvoir pour tenter de faire avancer les choses.
Dans le camp du FNDU les leaders sont loin de raccorder leurs violons. Ahmed Daddah a opté pour un niet catégorique. Il s’insurge contre une telle manœuvre qui se présente à ses yeux comme un piège à cons. Son expérience avec le deal antérieur d’avant – transition démocratique de 2009 est édifiant pour ne pas retomber dans les mêmes panneaux.
Même au sein de la majorité l’incertitude d’une cohésion est de mise. Mohamed Ould Abdel Aziz ne veut pas aller au-delà des apparences et ne veut pas afficher une position claire sur un dialogue inclusif. Il s’appuie sur le vieux leader de APP pour avancer ses pions. Tout porte à croire que ce faux dialogue ne sera qu’une énième tentative manquées.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge