La Loupe du Rénovateur. Les mauritaniens entre plusieurs virus

CHEIKH-TIDIANE-DIA-RENOVATEUR1-300x200Entre moustiques, fièvre dingue, fièvre hémorragique les mauritaniens ne savent plus par où donner la tête. Livrés à l’angoisse de l’hypothétique retour à une situation normale, ils prient pour que cette sorte de malédiction du siècle quitte les lieux et qu’enfin ils retrouvent la paix.
Pendant qu’ils souffrent sans pouvoir se remettre du mal voilà que la politique avec ses sempiternelles crises est venu rajouter son lot de confusion et de mensonges.
Ici le meilleur cadeau qu’on est enclin à donner au peuple c’est le mensonge. Nos gouvernants excellent dans l’art de la démagogie, des fausses promesses. A chaque fois qu’un malheur arrive on refuse de dire toute la vérité, de mettre toute la lumière comme si dire ce qui se passe est plus grave que le taire, de cacher la réalité d’un phénomène qui, même s’il n’est pas créé par l’homme.
Depuis combien de temps la fièvre dingue fait des victimes dans le pays. Au lieu de prendre cette endémie au sérieux et lutter efficacement contre elle, les autorités sanitaires se contentent de divertir les populations en semant la confusion sur sa nature sans jusque –là fournir suffisamment les bonnes informations utiles soit dans la préventif soit dans le curatif.
La preuve est que chaque médecin y va de sa propre interprétation si bien que les soins utilisés par les patients se sont avérés le plus souvent inappropriés. C’est triste de voir un malade gémir des semaines durant sans avoir le remède qu’il faut pour soulager ses douleurs. A Nouakchott il est rare de voir une famille qui n’est pas attaquée par la fièvre dingue. Les traitements administrés peuvent entrainer des effets indésirables chez certains patients faute d’une prise en charge correcte de cette maladie.
Pendant ce temps le Ministère de la santé fidèle à sa litanie du bon élève argue que la situation est maitrisée. Il n’en est rien. Aujourd’hui c’est une autre maladie celle-là hémorragique qui s’est déclarée faisant au moins 6 décès et plusieurs cas d’hospitalisation. Le communiqué rendu public par les autorités de tutelle précise que cette maladie nous vient de l’intérieur du pays. Peu importe sa provenance. Elle est mortelle. Ici dire qu’une situation est sous contrôle ne rime à rien.
C’est le cas pour Ebolo qui par la grâce d’Allah ne nous a pas visité. Avec quoi on peut se permettre de dire qu’une maladie est sous –contrôle autre que la voix officielle. Avec la réapparition de la fièvre dite du Rift nous ne sommes pas à l’abri. Nos centres de santé ne donnent aucune raison d’espérer sur la maîtrise d’une maladie la plus bénigne soit –elle car nos laboratoires ne sont pas aux normes, nos moyens de préventions inefficaces, nos autorités toujours en retard pour sonner l’alerte.
Au grand dam des citoyens exposés au danger comme ils le sont aux moustiques, à la mauvaise politique qui les broie, les réduit à des béni oui, oui des suivistes aveugles sur tout, même sur ce qui les pousse au fond de l’abîme. Ce virus appelé politique est le plus dangereux, le plus porteur de ravages. Les hommes politiques qui font l’apologie du dialogue ne daignent pas consacrer une seule minute à mobiliser des moyens pour lutter contre le développement de maladies terribles qui essaiment.
La meilleure arme dont ils disposent est l’arme de la propagande, de la manipulation et du bourrage des crânes. Ce pauvre peuple n’a pas la chance de vivre loin de ces politico-trafiquants de toutes sortes de produits dangereux. « Quand le peuple a faim qu’il mange de la brioche », pensent –ils dans le secret silence ! C’est cette fameuse phrase du monarque qui avait déclenché la révolution de 1789….

CTD

Source : Le Rénovateur Quotidien

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge