La Mauritanie externalise « sa justice raciste » en France

La Mauritanie externaliseAujourd’hui, la persévérance de l’état mauritanien raciste à traduire ses propres fils et filles devant les juridictions étrangères est en passe de porter ses fruits. En effet, le 01 avril 2015, les 14 étudiants fallacieusement accusés du soi-disant « saccage » de l’ambassade de Mauritanie en France sont appelés à comparaitre devant la 28eme chambre du tribunal de grande instance de Paris. L’ambassade de Mauritanie veut lâchement user de son immunité diplomatique pour détruire leur avenir.

Pour rappel, le 07 mai 2014, un groupe de 14 étudiants se rend de façon spontanée à l’ambassade afin d’interpeler la représentation diplomatique pour dénoncer les modalités discriminatoires d’octroi des bourses d’études( dont la majorité des étudiants noire est systématiquement privée), les conditions d’enrôlement des ressortissants mauritaniens en Europe, mais surtout, pour exprimer leur solidarité aux rapatriés ayant organisé une marche pacifique laquelle fut brutalement réprimée par le gouvernement mauritanien.

Non seulement ignorés, les étudiants ont été accueillis comme à l’accoutumée par la violence. L’ambassade décida par la suite de faire intervenir la police française pour les arrêter et les conduire au commissariat. Ils y resteront 48h suite au maintien d’une pression diplomatique franche du gouvernement mauritanien sur le ministère de la justice française.

En outre, la volonté des autorités racistes mauritaniennes incarnée par l’ex Ambassadeur Ould Brahim Khlil, agissant sous les ordres du président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, ne s’arrêta pas là.

L’ambassadeur dressa une facture fictive d’un montant de Soixante Treize mille euros(73000), laquelle listait les dégâts matériels commis par les employés de l’ambassade et dont les étudiants seraient responsables. Mais nul n’est dupe, tout le monde connait l’objectif qui se cache sournoisement derrière cette accusation: infliger des peines maximales à des étudiants noirs mauritaniens.

Cette situation illustre une fois de plus la faiblesse de l’Etat mauritanien. Au lieu de protéger ses propres ressortissants, la Mauritanie se démène honteusement à user de tout son poids pour que la France condamne injustement des étudiants innocents.

Face à ce comportement irresponsable, avec le soutien des différentes organisations mauritaniennes et françaises, nous restons mobilisés et sommes prêts :

– A lutter pour le respect des droits humains en Mauritanie ;
– A aller jusqu’au bout de cette affaire, quel que soit le prix à payer ;
– A rester debout comme un seul homme pour faire face aux intimidations et à la tyrannie ;

Paris, le 16 mars 2015

Source : Comite de Crise

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge