LA MAURITANIE, LES CONVENTIONS INTERNATIONALES ET…L’ESCLAVAGE

Le gouvernement mauritanien a organisé, le 25 Septembre dernier, une journée dite  « Portes Ouvertes » au siège de l’Onu à Genève, et censée être consacrée aux doits de l’homme en Mauritanie. De sources dignes de foi, cette journée a été un fiasco total, contrairement à ce que les medias officiels à Nouakchott ont diffusé. La réussite était plutôt sur le plan de l’export du mensonge, de la gabegie et de la surfacturation.

L’organisation de cette journée a été inopportune car tout le monde sait – l’Onu en premier – que les droits de l’homme sont bafoués en  Mauritanie, l’un des derniers pays au monde o les pratiques esclavagistes demeurent monnaie courante au vu et au su de tous et sans que l’Etat fasse le moindre effort pour en venir à bout. Tout le monde sait – les participants à cette journée en premier lieu, ceux qui exportent le mensonge – que les assassins des 28 officiers Négro-mauritaniens tués de sang froid à Inal, le 28 Novembre 1991,  jouissent encore de l’impunité totale alors que les orphelins et les veuves attendent la justice de l’au-delà. Tout le monde sait – les visiteurs et les hôtes – que les abolitionnistes ont été emprisonnés à Ain Farba, à  Aioun, à Nouadhibou et à Nouakchott, juste pour avoir dénoncé des cas d’esclavage avérés, alors que les criminels esclavagistes sont protégés par les gendarmes, les juges, les policiers et le chef de l’Etat en personne. Tout le monde sait que le fils du président Aziz a tiré à bout portant sur une fille la rendant infirme à vie sans être emprisonné une seule journée, alors que Biram et ses camarades ont été jetés en prison pour plus de quatre mois juste pour avoir dénoncé, à leur manière, les livres qui justifient l’esclavage et qui constituent la seule « référence » pour le ministre des Affaires islamiques…

Tout le monde sait que les professeurs du secondaire ont perdu leurs salaires et ont été affectés arbitrairement pour avoir joui de leur droit de grève… De quels droits donc parleront –ils dans cette journée « portes ouvertes » sur les droits de l’homme en Mauritanie ?

L’organisation de cette journée rentre dans le cadre de la politique raciste du système maure, qui gouverne la République Islamique de Mauritanie depuis l’indépendance. Pour camoufler le racisme d’Etat, on nomme un haratin à Genève pour masquer les forfaits du système esclavagiste. Voila le fonds de commerce exercé par le pouvoir mauritanien qui n’hésite pas à taxer IRA et SOS – Esclaves de tirer profit de ce fléau. Alors que c’est l’Etat lui-même qui distribue les postes au hratin et aux Négro-africains pour les pousser à trahir leurs causes et de se transformer en simples nègres de service.

Cette journée porte ouverte n’a donc pas réussi et les participants n’ont pas dépassé le nombre de la délégation mauritanienne en plus de quelques ambassadeurs de la sous-région invités par le gouvernement mauritanien espérant qu’ils l’aident à duper les onusiens sur ce qu’ils savent déjà. La seule avancée dans le cadre des droits humains, citée par les intervenants est que la Mauritanie a ratifié, comme toujours, toutes les conventions et les protocoles dans le domaine…mais sans jamais passer à leur application ! Et personne ne pense que cela rentre dans le cadre du mensonge qui semble être l’un des fondements de cet Etat.

La semaine passée,  le ministre des Affaires étrangères a remis au secrétaire général de l’ONU deux conventions ratifié par la Mauritanie. Une relative à l’interdiction de la torture et l’autre à l’emprisonnement secrets et Dieu sait qu’en une semaine au moins trois prisonniers on rendu l’âme sous la torture sans qu’aucune tête ne soit tombée et que 14 salafistes sont emprisonnés on ne sait où !

Alors notre pays ratifie toutes les conventions mais il ne se soucie guère de les appliquer. Et il a l’audace d’organiser une journée « Portes ouvertes » sur les droits de l’homme pour mettre en exergue de soi-disant avancées dans ce domaine ? Comment peut-on vouloir trahir la rapporteuse des Nations unis qui a déjà visité notre pays et qui a noté, sans ambages, la persistance de l’esclavage sous toutes ses formes en RIM ?  La chaîne CNN n’a-t- elle pas montré l’esclavage dans le fond de la Mauritanie et les assassins des 500 Négro- mauritaniens sacrifiés sur l’autel du racisme d’Etat, courent toujours…

Aujourd’hui, 10 Oct 2012, une table ronde sur l’esclavage en Mauritanie, se tient à Bruxelles sur demande des amis d’IRA et en la présence de la rapporteuse des Nations Unis Madame Chahiniain. Que vont- ils dire de la journée « portes ouvertes » organisée la veille en Suisse, s’ils sont au courant ?

Il est devenu clair que le pouvoir mauritanien érige le mensonge vulgaire en système de règne en dépit du nom, de notre pays la République islamique de Mauritanie, est-ce que c’est une volonté délibérée de ternir l’image de l’Islam en le présentant ainsi, le Prophète (PSL) n’a-t-il  pas dit que celui qui triche ne fait pas parti de nous?

Pourquoi la Mauritanie met autant de moyens pour nier l’existence de l’esclavage alors que sans aucun moyen, hormis la volonté politique, le chef de l’Etat peut l’éradiquer en une semaine ?

Il suffit de mettre le doigt sur la plaie, pousser un petit cri de cœur, de poser une dizaine de récalcitrants en prison et l’esclave relèvera du passé… Reste à dissiper ses séquelles par une discrimination positive dans tous les domaine et la Mauritanie pourra en ce temps organiser des journées portes ouverte, chaque année, pour se glorifier de son audace et ajouter un nouveau nom à la liste des grands libérateurs de ce monde comme Martin Luther King , Mandela , Gandhi … et consorts … Qui voudra ?

Nouqkchott le 10 Oct 2012

Brahim Bilal EBEID

Vice président de IRA


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind