La ministre de l’agriculture à Kaédi

agriculture à KaédiLa ministre de l’agriculture, Mme Lemina Mint El Ghotob Ould Momma,  était ce vendredi à Kaédi à la rencontre des opérateurs de la filière rizicole pour s’imprégner des problèmes auxquels fait face le secteur et effectuer  une série de visites de terrain.

La ministre de l’agriculture à notamment visité l’Ecole Nationale de Formation et de Vulgarisation Agricole (ENVA), la direction régionale de la Société Nationale de Développement Rural (SONADER), le Centre de Contrôle de la Qualité des Semences et des pépinières relevant de la direction de l’agriculture, la station de Pompage de Birr El Barka dans la commune de Néré Walo et une unité privée de décorticage de riz -les Etablissements Aliou Samba N’Diaye et frères.

Au cours de cette visite, la ministre a suivi de nombreux exposés sur le fonctionnement des différents services relevant de son département et pris connaissance des efforts entrepris pour dynamiser le secteur de l’agriculture irriguée.

L’unité de décorticage de riz des établissements Aliou Samba N’Diaye et Frères,

visitée vendredi  par la ministre de l’agriculture, est composée de deux (2) usines d’une capacité respective de 32 tonnes/ jour (14 pouces) et 8 tonnes/jour (6 pouces).

 Cette structure emploie une soixantaine de jeunes hommes et de jeunes femmes.

Cette usine assure  le décorticage du riz  destiné à  l’approvisionnement des magasins de la Société Nationale d’Import/Export (SONIMEX) à Kaédi.

Mme Lemina Mint El Ghotob Ould Momma marche ainsi sur les traces du président Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a visité cette unité  le 24 avril 2015 à l’occasion  de son passage à Kaédi.

Pour la circonstance, le chef de l’Etat avait promis  au Président  Directeur Général une assistance appropriée de l’Etat pour le développement  de son activité  dans le cadre général de la promotion de la culture du riz.

Cependant, M. N’Diaye rencontre encore  de problèmes nombreux  dans la  gestion de cette unité de décorticage de riz.

 Ces difficultés concernent  la lenteur des procédures de décaissements de  la SONIMEX, dont  les règlements  arrivent  à un moment ou de nombreux agriculteurs sont allés écouler  leur production ailleurs pour faire face à une conjoncture difficile.

S’ajoutent également à cette situation les exigences « excessives » de garanties de la Caisse de Dépôt et de Développement (CDD), qui compliquent l’accès au crédit et réduit drastiquement les opportunités d’investissements, outils incontournables sur le difficile chemin de l’autosuffisance en riz.

Source: Le calame

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge