La Nouvelle Ecole des Ingénieurs d’Aleg (EIA) : Démarrage l’année prochaine

Le ministre de la formation professionnelle, Mohamed Ould Khouna, a déclaré à Aleg que la première promotion de la future école des ingénieurs commencera ses cours à partir du mois d’octobre prochain. Selon le ministre, son secteur a mis en place une stratégie qui permette que l’enseignement de cet établissement commence en même temps que les cours normaux des autres institutions éducatives nationales.

Ouverture de l’école des ingénieurs d’Aleg

Le ministre a assuré que depuis la pose de la première pierre de cette école en avril dernier par le Président, son secteur met tout en œuvre pour que les études puissent commencer en octobre prochain.

Pour cela dit –il : « Même si les travaux ne finissent pas, nous louerons des salles pour commencer la formation ». Ces déclarations interviennent dans le cadre d’une réunion conjointe organisée à Aleg avec les ministres délégué auprès du ministre d’Etat à l’éducation chargé de l’enseignement fondamental Hamed Hamouni et celui de l’environnement et du développement durable.

Les trois responsables ont insisté dans leurs différentes interventions sur les réalisations du pouvoir avec une mention spéciale pour l’état civil et un « oubli » de la situation catastrophique de l’enseignement et des problèmes qu’il a connus au cours de l’année écoulée. Ces interventions ont suscité une grande désapprobation dans la salle et beaucoup d’intervenants ont fait ressortir les innombrables problèmes liés à la vie quotidienne des populations d’une wilaya qui compte parmi les plus pauvres du pays.

Des instituteurs ont fortement critiqué la manière avec laquelle le secteur est géré et ont porté des réserves sur les derniers états généraux qui n’ont été, selon eux, qu’une mise en scène et un jeu d’enfants au cours desquels les parents, les acteurs, les syndicats ont été exclus au profit des associations et organisations dont certaines n’ont parfois aucun rapport avec l’éducation. Certains sont même allés jusqu’à demander aux ministres chargés de l’éducation de présenter une démission collective, car selon leurs propos, le système éducatif ne s’est jamais porté aussi mal que depuis qu’il a autant de ministres inutiles.

D’aucuns ont même réclamé le retour de l’ancienne ministre Nebgouha Mint Mohamed Vall aux affaires pour, disent-ils, continuer les importantes reformes qu’elle a commencé à apporter au secteur. La ville d’Aleg a accueilli le dimanche cinq (5) ministres : Enseignement fondamental, justice, Habitat, environnement et développement durable, enseignement professionnel.

Source : CRIDEM

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind