La Palestine bientôt État observateur à l’ONU

L’Allemagne votera non à la résolution prévoyant l’octroi à la Palestine d’un statut d’État observateur non-membre à l’ONU. Le Royaume-Uni s’abstiendra, à moins, entre autres conditions, que les Palestiniens reviennent à la table des négociations.

Après la France, la Russie, le Danemark, l’Espagne, l’Autriche, la Norvège, la Turquie et la Suisse ont annoncé mercredi qu’ils voteraient en faveur de l’octroi à la Palestine d’un statut d’État non membre observateur aux Nations Unies. L’Allemagne a annoncé en revanche qu’elle ne voterait pas en faveur d’un statut d’État non membre observateur aux Nations Unies pour la Palestine, tandis que la Grande-Bretagne posait ses conditions à un vote favorable.

Londres hésite

Londres s’abstiendra à moins que certaines conditions soient remplies. Le chef de la

diplomatie britannique a annoncé souhaiter le retour immédiat des Palestiniens à la table des négociations. »Nous sommes ouverts à l’idée de voter en faveur de la résolution si nous voyons que les Palestiniens fournissent publiquement des garanties » sur plusieurs points, notamment leur retour immédiat et sans conditions à la table des négociations, a dit William Hague devant les députés britanniques. « En l’absence de ces assurances, le Royaume-Uni s’abstiendra lors du vote », a-t-il ajouté.

Berlin s’oppose

Tout comme Israël et les États-Unis , l’Allemagne compte faire entendre son opposition. « Il n’y aura pas d’approbation de l’Allemagne à une telle résolution », a déclaré le porte-parole Steffen Seibert, lors d’un point de presse régulier à Berlin. L’Allemagne ne votera pas oui à une résolution pour que la Palestine obtienne un nouveau statut rehaussé d' »État observateur non-membre » à l’ONU, a déclaré mercredi un porte-parole du gouvernement allemand.

Le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Andreas Peschke, a indiqué, lors de ce même point presse, que son ministre Guido Westerwelle avait téléphoné avec nombre de ses collègues mardi « s’efforçant de parvenir à une coopération étroite avec ses partenaires européens ».

« Le but est d’empêcher des conséquences négatives sur le processus de paix qui est déjà difficile », a-t-il ajouté. Il a reconnu qu’une position commune dans l’UE sur ce sujet était « difficile ». Les Européens paraissent en effet désunis. La Lituanie a annoncé mercredi qu’elle s’abstiendrait lors du vote, faute d’une position commune de l’Union européenne

Source : France24


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind