la police torture des prisonniers pour les contraindre à «avouer» des crimes (Amnesty International)

police
La police en Mauritanie torture des prisonniers pour les contraindre à « avouer » des crimes durant leur détention provisoire, a déclaré Amnesty International après une mission de recherche de dix jours dans le pays.

La délégation a interrogé une soixantaine de détenus, y compris des femmes et des enfants incarcérés dans trois prisons de la capitale Nouakchott qui déclarent tous avoir été torturés dans des commissariats de police, notamment à la Brigade des Jeunes.

« En Mauritanie, le recours à la torture prend des formes terrifiantes dans les cas liés au terrorisme : des individus sont arrêtés, on les empêche de parler à leur avocat et on les torture pour les obliger à « avouer » un crime ; puis ils sont jugés dans le cadre de procès expéditifs où leurs aveux sont utilisés comme preuve principale. Comment peut-on qualifier cela de justice ? » a déclaré Alex Neve, secrétaire général d’Amnesty International Canada (section anglophone).

« Ils m’ont ’accroupi, attaché mes mains à mes pieds avec des menottes, balancé ma tête vers le sol et m’ont frappé jusqu’à perdre conscience.» a raconté un garçon de 16 ans détenu à la Brigade des Jeunes.

Source : Alakhbar

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind