La Société Générale fait don au jardin d’enfant «Au bonheur des enfants »

La Société Générale de Mauritanie a fait don ce Samedi 08 juin au jardin d’enfant « Au bonheur des enfants » situé au quartier Zaatara dans la sgm2périphérie de Nouakchott. Cet établissement scolaire opérationnel depuis novembre 2012, vient de bénéficier d’un don composé de trois bibliothèques, de vivres, d’habits, de jouets, de couches au profit d’une cinquantaine d’enfants issus de familles démunies vivant dans ce quartier.

Après la caravane de l’environnement organisé l’année dernière en partenariat avec certains établissements scolaires de la place, du matériel agricole octroyé à la coopération des femmes de Touldé (Boghé), l’assistance à une mahadra de Nouakchott et le soutien aux opérations de salubrité des femmes de Sebkha durant le mois d’avril dernier, voilà que la Société Générale vient de mettre à la disposition du jardin d’enfant «Au bonheur des enfants» d’importants lots d’habits, de couches pour la crèche, des jouets et trois bibliothèques pour un coût global de plus de 300.000 ouguiyas. Toutefois, Mr. Kane Boussiré a indiqué que la banque a organisé une opération de collecte d’habits, de jouets et d’autres gadgets durant un mois dans un élan de solidarité tout azimut. Une action qui entre dans le cadre de la semaine de solidarité instaurée par la banque et qui consiste à offrir des habits, gadgets et autres aux nécessiteux.

Ce don vient à point nommé. Car, à en croire Mme Amy Massina, directrice de cet établissement qui en est à sa première année, « ces enfants sont issus de familles pauvres et ont besoin d’être nourris et bien habillés ». Le jardin compte deux salles de classes, une salle de jeu et une crèche. Trois monitrices et un gardien sont engagés par Mme Massina qui les prend en charge tous. sgm4Même si elle n’a pas préciser la masse salariale, l’adéquation du milieu montre que Mme Massina n’a ménagé aucun effort pour venir en aide aux parents d’élèves dont les revenus sont faibles. Selon toujours notre interlocutrice, « depuis sa création, je n’ai bénéficié d’aucun soutien d’une quelconque Ong ou des autorités excepté la contribution personnelle des amis » soutient-elle.  Malgré cela, le tarif mensuel par enfant est fixé à 2000 ouguiyas et 1500 ouguiyas par la crèche. Mieux, Mme Massina offre quotidiennement le goûter aux enfants et les couches aux bébés de la crèche. « Je paye aussi des habits pour les enfants. D’ailleurs, aujourd’hui, rien que pour cette cérémonie, j’ai mis encore la main à la poche pour habiller tous ces enfants pour ne pas créer des frustrations chez certains » a-t-elle souligné.

Depuis Paris où elle a vécu plus de 22 ans, Mme Massina rêvait ce genre de projet pour la petite enfance. « J’ai toujours rêvé de travailler pour mon pays dans ce genre de projet. J’ai travaillé durant mon séjour en France dans le social, pour les polyhandicapés, comme animatrice dans les centres de loisirs et d’accueil ». Aujourd’hui, « je suis animée à mettre mon expérience au profit de mon pays, la Mauritanie. Pour ce faire, j’ai choisi la périphérie pour aider les pauvres à encadrer leurs enfants, à leur assurer un avenir meilleur », a-t-elle indiqué. « Vous savez, après étude faite avec mon collaborateur LO cheikh Oumar, consultant, nous avons jugé nécessaire d’implanter notre projet ici à Zaatara où les parents ont des difficultés pour garder leurs enfants pour la simple raison qu’ils vivent dans la précarité » explique-t-elle avant de saluer et de remercier la Société Générale pour ce don d’une importance capitale.

 

Une ambition …

 Malgré les difficultés, Mme Massina ne compte pas s’arrêter là. Elle envisage en perspective, d’ouvrir d’autres jardins d’enfants et sgm5crèches dans les autres quartiers périphériques de Nouakchott notamment à Dar El Béoda, Neuteuk, … et dans d’autres quartiers. «Je compte avec l’appui des Ong et amis français ouvrir autant de jardins pour accompagner l’effort des pouvoirs publics dans l’éducation des enfants qui sont l’avenir du pays », dira-t-elle. Toutefois, «je lance un appel à toutes les autorités et autres personnes soucieuses de contribuer au développement de ce pays, de venir se joindre à nous dans ce projet. Je ne refuse aucune aide ou contribution de n’importe quelle nature».

Pour sa part, LO Cheikh Oumar chargé de l’étude de projet du jardin, des orientations et perspectives, a indiqué que «nous privilégions le social en fixant la mensualité à 2000 et 1500 ouguiyas. Malgré nos maigres ressources, nous croyons tout de même à notre projet et nos ambitions même si nous n’avons pas les moyens de notre politique». Des campagnes de sensibilisations sont menées par Mr. LO afin d’encourager les parents à scolariser leurs enfants. « Si les promesses se réalisent, nous ouvrirons bientôt d’autres jardins et crèches dans d’autres quartiers périphériques » a-t-il promis.

La cérémonie s’est terminée par des prestations d’enfants qui ont animé des sketches instructifs sur le Sida et la propreté. Des prestations qui ont satisfait les parents d’élèves qui n’ont pas manqué de saluer les progrès réalisés par la direction du jardin et remercier au passage la Société Générale, donatrice dont les œuvres de bienfaisance restent gravées dans la mémoire des ayants droits.

Badiana

RÉDACTION RIMWEB.NET

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Commentaires

  1. Anonyme a écrit:

    tres bonne initiative a soutenir

  2. franchement chapeau, comme quoi on peux toujours apporter un plus a l’effort gouvernemental, merci

Exprimez vous!

CommentLuv badge