La TDM a-t-elle le droit de couper ses clients redevables ?

TDMB.S.E: Comme prévu dans le cadre des contrats et engagements avec ses les télévisions et radios publiques et privées, la télédiffusion de Mauritanie (TDM-SA), continu à assure un service de qualité en matière de diffusion et de transmission et ce d’une façon équitable à ces abonnés.

Les services de la TDM ne sont fournis qu’aux opérateurs de la communication audiovisuelle en possession d’une licence délivrée par le département chargé de la communication, sur avis favorable de la Haute autorité de la presse et de l’audiovisuelle (HAPA).

Les services (images, sons, fréquences) qu’offre la TDM à ses clients (TV et radios), sont de qualité parfaite et tel l’avis de l’opinion publique.

Ceci dit que les installations techniques de la TDM et son personnel permettent à ces chaines de TV et radios d’être captées sur toute l’étendue du territoire national et à l’étranger.

Il est d’usage que tout opérateur de diffusion tels qu’Arabsat, Intelsat, et autres qui loue pour des raisons commerciales de la capacité spatiale, exige le paiement à l’avance des frais de diffusion par satellite sous peine de restriction de services voire leur interruption totale. Cette mesure s’applique aussi à la TDM qui pourrait voir son bouquet affecté en cas de non paiement. A noter aussi que certaines chaines TV privées qui diffusaient de l’étranger étaient bien habituées à ce genre de pratiques.

La restriction opérée actuellement sur des chaines ne concerne en rien comme le pensent certains, la licence accordée par le Ministère en charge de la communication qui ne peut être retirée que par ce dernier.

Il y a lieu à ce stade, de faire la différence entre la délivrance et le retrait de la licence qui sont du ressort du Ministère en charge de la Communication, le contrôle du contenu qui relève de la Haute Autorité de la presse et de l’audiovisuelle (HAPA), et les infrastructures de diffusion et de transmission des programmes des éditeurs de services qui dépendent de la TDM et qui font l’objet de contrats la liant avec les Radios et Télévisions.

Il s’en suit que la restriction actuelle des services de diffusion des chaines concernées, ne représente en aucune façon une entrave à la liberté de presse.

Par contre ces arrêts « graduellement » des programmes de quelques sont liées à l’accumulation des arriérés relatifs aux frais de diffusion minimum qu’elles devaient verser à la Télédiffusion de Mauritanie (TDM-SA) et suite à plusieurs interpellations et avertissements.
Notons ici qu’il s’agit de chaines commerciales !

-Que doit faire la TDM si le délai fixé est largement dépassé par les redevables ?

-Quelle est la solution pour ceux qui ont des arrières qui s’accumulent de mois en mois ?

-La TDM n’a-t-elle pas des employés à payer et des engagements extérieurs à respecter ?

Dans une telle situation, sanctionner « modestement » les créanciers ou fermer ?

Source: B.S.E pour l’Opinion publique

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge