La voix du Nord : On ne peut concevoir la Mauritanie que comme un tout indivisible

souellim_nordMohamed Ould Soueilim - Il est sûr que les régions du Nord particulièrement Tiris-Zemmour et Dakhlet Nouadhibou avaient été partiellement réhabilités par le président Mohamed Abdel Aziz, après les décennies d’exclusion et les calvaires du passé (guerre du Sahara).

Cependant, si les habitants de Tiris-Zemmour avaient récupéré, à juste titre leur mairie et leur député, ce n’est pas le cas de Nouadhibou qui reste sans maire issu de son terroir, ni sénateur. Aussi, les deux régions de Nouadhibou et Zouerate ne sont représentées ni au sein des hautes instances du parti UPR, ni au gouvernement.

Nous souhaitons que ces deux régions, appelées par les français avec l’Inchiri, « la Mauritanie utile » ou ils avaient pensé proclamer une république soit rehausser au même niveau que les autres régions de la Mauritanie sur le plan politique et économique.

Il est anormal que des régions riches qui font vivre la Mauritanie depuis plus de 50 ans et qui sont situées sur des frontières sensibles soient exclues de la vie de leur pays. Bien sûr l’origine de ces déséquilibres provient de la forte émigration des autres régions vers ces zones riches, ce qui est normal car nous sommes tous des mauritaniens et chez nous partout dans notre pays.

Cependant l’apparition d’une richesse dans l’une des 12 régions du pays va rendre les populations locales minoritaires chez elle ! Cette situation ne doit pas être une source d’exclusion pour elle, ni une raison évidente pour les autres composantes de la population de s’unir contre elle pour la priver de ses droits fondamentaux. La Mauritanie doit être juste et équitable pour tous les mauritaniens sans distinction.

Mohamed Ould Soueilim
Doyen des élus du Nord, ancien député de Nouadhibou

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge