L’affaire du braquage de la Polyclinique revient sur scène

Mohamed Ould Souleymane a été déferré jeudi 12 septembre dernier au Parquet de la République pour vol. Il était entré dans une épicerie bondée de monde et pensait pourvoir accomplir son forfait sans être vu. Mais le boutiquier qui libérait les clients un à un, était aussi vigilant qu’un matou.

Pensant que personne ne le voyait, Mohamed prit cinq bouteilles d’huile et sortit précipitamment de l’échoppe et héla un taxi. Malheureusement, au moment où il s’installait dans la voiture, celle-ci s’éteint. Un problème de mécanique qui obligera le chauffeur à aller fouiner dans la mécanique en ouvrant son capot. Le temps d’attente sera assez suffisant pour le boutiquier qui dégagea toute la clientèle et ferma sa boutique avant de se lancer sur le taxi, aux cris de « Sarag ! Sarag ! ». Le chauffeur qui venait de régler son problème de moteur allait démarrer lorsqu’il vit le chauffeur se diriger à pas de course vers lui. Il sut que son client avait des reproches à se faire. Il lui demanda de descendre, mais Mohamed Ould Souleymane refusa d’obtempérer. Au même moment, Khattary, le chef de la P.J de Ryad 2 passait dans les parages. Il vit la scène, s’enquit de ce qui se passait et menotta le voleur qu’il transféra dans une voiture. Le boutiquier jubilait, mettant la panne du moteur du taxi sur le dos de la Providence qui lui était venu en aide. Il alla rejoindre le voleur au Commissariat de Riadh 2, drapé dans un boubou bleu. Après avoir pris sa déclaration et celle du présumé voleur, le dossier fut transmis au parquet. Entendus par le Substitut, le plaignant et Mohamed Souleymane furent orientés vers le juge d’instruction du 5ème cabinet qui assure l’intérim de son collègue du 6ème cabinet en vacances et qui devait instruire cette affaire. Il déferra Mohamed Ould Souleymane en prison et ordonna que les bouteilles d’huile soient remises au boutiquier.

L’affaire du braquage de la Polyclinique revient sur scène

L’innocence de Kaba, un ex-délinquant rangé depuis des années, est en train d’être décantée, dans cette affaire de braquage armé où un ancien rival semble vouloir l’impliquer. C’était au cours de l’audition. En effet, l’ex-garde Oumar Athié, a avoué que Kaba n’était pas avec eux au moment de l’opération avec Ely Cheikh Ould Kinaï. Il raconte qu’il était chez sa grande sœur, lorsqu’Ely Cheikh, ami du mari de cette femme, vint le voir. Une fois dehors, il l’embarqua dans sa voiture personnelle, lui montra un pistolet et lui expliqua qu’il lui proposait un braquage sans danger dans une boutique de la Polyclinique. Il disait à Oumar que tout ce qu’il avait à faire c’était de pointer l’arme sur la tête du boutiquier et que lui, Ely Cheikh allait s’occuper du reste. Une fois l’opération terminée, Ely Cheikh se serait emparé du magot, 1.800.000 UM selon le boutiquier, mais quant à Ely, c’est 1.300.000 Il abandonna Oumar Athié. Ce dernier se trouva trahi. Il tenta de s’enfuir mais fut épinglé par Didi et les limiers du CSPJ. Ely Cheikh sera cueilli plus tard. Et ce dernier balança le nom de Kaba, soi-disant qu’il était dans le coup. Kaba sera arrêté, mais malgré ses cris d’innocence, il sera déferré avec le duo au parquet puis incarcéré. Selon Kaba, Ely Cheikh l’a entraîné dans cette affaire par méchanceté et jalousie pour sa réussite sociale. Kaba, qui dit s’être rangé depuis des années, cogère avec un associé, une bourse de vente de voitures, possède ses maisons et entretient ses familles tranquillement grâce à ses revenus. Ses parents espèrent qu’il sera libéré vu que son innocence est largement prouvée. Ils ont déposé une demande de liberté provisoire et attendent la réaction du Parquet. Pour l’instant, Kaba et Ely Cheikh sont placés dans deux ailes différentes de la prison de peur que les deux hommes ne se bagarrent. Au Parquet, Ely Cheikh était remonté contre Oumar Athié, car il aurait souhaité que ce dernier confirme que Kaba était bien avec eux au moment de l’opération. Ce que ce dernier a refusé de faire.

Abou Cissé

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind