L’ambassade de Mauritanie en France : Le symbole par excellence du racisme d’Etat

 

Dans les années 60 les graines de ce qu’on appelle aujourd’hui le racisme d’Etat ou l’apartheid furent semées par l’élite beidane au pouvoir. A partir de 1986 ces graines ont poussé et ont occasionné des crimes atroces, des assassinats et des exécutions sommaires. Tené Youssouf Gueye et compagnons noirs en furent les premières victimes ; assassinés de façon sauvage et cruelle en 1988.
En 1987 des militaires noirs furent l’objet des exécutions sommaires, toujours par le système beidane. En 1989 ce même système beidane a mis en place un plan de pillage des richesses des noirs, d’assassinat érigé contre la communauté Noire de Mauritanie. Des milliers des noirs furent tués, d’autres tabassés à mort et déportés vers le Sénégal et le Mali. En 1990 des centaines des militaires noirs sont torturés et exécutés de façon sommaire dans des camps militaires. Le 28 novembre 1990 « la république islamique » fête le 30ème anniversaire de l’indépendance nationale sur le sang des 28 militaires noirs pendus à cet occasion sous l’ordre de l’élite beidane au pouvoir par des assassins, mécréants tout en récitant des versets coraniques, ce qui est déjà une profanation du coran dont elle prétend croire. Le mal a été fait à la communauté Noire, à Allah et à son coran ; le mal a été fait à l’islam. Ose-t-elle nous parler de l’islam aujourd’hui ? Il y a deux islams : Celui du peuple mauritanien et celui de l’élite beïdane au pouvoir. c’est tout.
Depuis l’accession à l’indépendance, l’élite beidane a décidé de bannir les Noirs politiquement, les acculturer et les appauvrir. Aujourd’hui encore elle refuse à cette communauté la primature, les ministères des affaires étrangères, de l’Enseignement supérieur, de l’intérieur, les présidences des universités… ; Elle leur refuse la nationalité et l’épanouissement socioéconomique.
Depuis près de 2ans aujourd’hui, l’ambassade de Mauritanie en France, qu’on se dise la vérité, est devenue leur symbole par excellence de l’apartheid instauré, du « génocide biométrique », du RACISME D’ETAT, de l’appauvrissement de la communauté Noire. Avec à sa tête un ambassadeur raciste, gonflé, insolent, qui ne porte rien d’autre dans son cœur que la haine des Noirs.
Quelqu’un a parlé de saccage d’un symbole de la république. Qu’il sache que la communauté Noire ne reconnait ni l’ambassade de Mauritanie en France, ni la primature, ni les ministères de l’intérieur, des affaires étrangères, de la Communication, de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur, la défense Nationale… comme étant des symboles de la république mais ceux du racisme d’Etat, de l’humiliation des Noirs, de leur exclusion sociopolitique et économique. Bref, des symboles de l’apartheid. La communauté Noire ne se reconnait pas dans ses institutions.
Halte aux discours hypocrites qui laissent entendre le souci de l’unité nationale comme si elle existe déjà, qui traitent les organisations noires des vandales et les accusent des violences et d’atteinte à la sureté de l’Etat quand les leaders responsables de ces dignes organisations se soucient eux, de la sécurité des mauritaniens.
L’Etat joue avec la sécurité des citoyens mauritaniens en privilégiant le frère blanc et en discriminant son frère noir. Aujourd’hui, ni le citoyen blanc ni le citoyen noir n’est en sécurité. Une simple bagarre entre un blanc et un noir au milieu du marché Capital peut dégénérer en conflit racial.
Qu’est ce que cela coûte au système de reconnaitre ses erreurs : Les assassinats, les déportations, le plan de dénigrification de la Mauritanie, caché dans les tiroirs du palais présidentiel et de rendre justice aux Noirs ?
Qu’est ce que cela coûte au régime en place de recevoir les rapatriés et de discuter des solutions possibles ?
Au nom de l’orgueil de l’élite beidane au pouvoir depuis la nuit des temps, la Mauritanie est prise en otage.
Ainsi donc, elle pense en finir avec les familles des victimes du génocide avec deux rakaat hypocrites dans son islam à elle et avec moins de 5000 Euro par famille des victimes ?
Ainsi donc ses meubles et monuments qui puent la haine des Noirs valent mieux que tous ces noirs qu’elle a tué de sang froid comme des cafards entre 86 et 91 et qu’elle continue d’insulter aujourd’hui encore la mémoire ?
Si cette élite raciste, ennemi de la Mauritanie a la mémoire courte, désormais nous lui rappellerons l’histoire qui la dérange.
Boubou Thiam
Etudiant en L3 Sociologie

Secrétaire Général
Syndicat National des Etudiants de Mauritanie (S.N.E.M)
Université de Nouakchott
E-mail: thiamrevolt@hotmail.fr
Source : Boubou Thiam

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge