L’Ambassade et la communauté sénégalaises offrent des denrées alimentaires aux prisonniers sénégalais

prison1

Depuis trois ans maintenant l’ambassade et la communauté sénégalaises en Mauritanie organisent une journée de solidarité aux détenus sénégalais. Un don élargi à l’administration pénitentiaire mauritanienne et composé de denrées alimentaires d’une valeur de plus de 200.000 ouguiyas.

Le rituel a été respecté. L’Ambassade du Sénégal à Nouakchott et sa communauté ont offert ce 21 juillet 2014, des denrées alimentaires aux détenus sénégalais vivant dans la prison de Dar Naim. Un geste qui intervient chaque mois béni de ramadan avec la collaboration étroite de l’administration pénitentiaire mauritanienne qui  a pris toutes les dispositions à cet effet.

prison5

 

Il s’agit du riz, du sucre, du lait en poudre, du café, de l’huile, du thé et même des cigarettes pour les fumeurs. Cheikhh Mohamed Mahmoud, directeur des affaires pénales et de l’administration pénitentiaire au ministère de la Justice a indiqué à cette occasion que «depuis trois ans, les gestes de l’ambassade du Sénégal et de sa communauté se multiplient au profit des détenus en général et sénégalais en particulier ». C’est d’autant plus important pour le directeur, car cela « signifie que le Sénégal n’oublie pas ses fils qui vivent dans les prisons ». Mieux, « cela reflète l’image du Sénégal ». Représentant le ministère de la Justice il a transmis à cette occasion les salutations et les remerciements du Ministre qui a bien voulu instruire l’administration pénitentiaire à prendre toutes les dispositions et les mesures qui s’imposent afin de faciliter l’opération aux diplomates sénégalais.

prison2

Le directeur des affaires pénales et de l’administration pénitentiaire a en outre souligné que « ce geste ouvre les portes pour une coopération judiciaire poussée » en ce sens qu’il va contribuer au raffermissement des relations entre la Mauritanie et le Sénégal. Il a d’ailleurs profité de cette rencontre pour saluer les autorités sénégalaises du ministère de la justice et de l’administration pénitentiaire qui ont mis leur expérience au profit de leurs homologues mauritaniennes lors de la visite de travail effectuée en juin 2013 à Dakar.

prison3

Pour sa part, l’ambassadeur du Sénégal, SEM Mamadou Kane, a remercié les autorités mauritaniennes pour leur disponibilité et leur promptitude à répondre à leurs sollicitations de tout genre. « C’est la troisième fois que nous organisons cette collecte de fonds ensemble avec la communauté pour offrir à nos compatriotes qui séjournent dans la prison et leur montrer que nous ne les oublions pas surtout en ce mois béni de ramadan. C’est pourquoi, nous organisons cette journée de solidarité pour eux» indique le diplomate sénégalais entouré de ses deux premiers conseillers et des membres de la communauté. En outre, SEM Kane a soutenu que « la prison ne doit pas être considérée comme un endroit maudit. Ses occupants doivent bénéficier de l’élan de solidarité de tout le monde. Donc nous exprimons à travers ce gente notre solidarité », poursuit l’ambassadeur Kane. Par rapport aux doléances des détenus liés aux problèmes d’interprétariat lors des auditions et l’assistance juridique pendant les procès ou jugements, l’ambassadeur Kane a dit qu’il saisira les autorités mauritaniennes  en vue de trouver une solution à même de faciliter la compréhension des accusations portées à leur encontre. Pour l’assistance juridique, il a soutenu que les moyens font défaut pour payer les services d’un avocat mais « nous demanderons aux autorités mauritaniennes d’en tenir compte » dit-il.

prison4

Quant au régisseur de la prison, M. Hamidou Cissokho, il a souligné que « ces gestes sont rares dans nos prisons. C’est seule l’ambassade du Sénégal et sa communauté qui viennent chaque année en ce mois béni nous apporter des vivres pour leurs détenus et un lot pour l’administration pénitentiaire. C’est grandiose, c’est un geste à saluer et ils en sont à leur troisième sortie».

Cette année, 34 prisonniers sénégalais ont bénéficié de cette assistance contrairement aux années précédentes où une quarantaine voire cinquantaine de prisonniers nécessitaient une aide. D’ailleurs dans la prison des femmes, « il n’y a aucune sénégalaise » par rapport aux autres années, renseigne le régisseur.

Badiana

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge