L’an 7 du Mouvement Pour la Refondation (M.P.R) : la D.P.G vous est offerte comme cadeau !

baba-k-h_thumb_medium400_0En ce jour, célébrant le 7eme anniversaire du M.P.R, le Président, Dr Kane Hamidou Baba, tout en remerciant tout les militants et sympathisants du parti pour leur engagement et leur fidélité, souhaite à chacune et à chacun un bon anniversaire. Cette commémoration de l’an 7 est aussi un jour de deuil, car l’épouse de notre Permanent, Ba Amadou ALPHA a été arrachée à notre affection. Que la terre lui soit légère pour le repos de son âme.

7 ans de combat d’une vie ! 7 ans que le Mouvement Pour la Refondation se bat pour une Mauritanie juste, égalitaire et prospère. Car depuis sa création le 09/09/2009, le MPR n’a jamais cessé d’être un parti responsable et dont le seul souci est la réalisation d’une ambition pour une Mauritanie unie, dans sa diversité, debout et qui avance. . « La REFONDATION » constitue un creuset pour faire une place particulière aux jeunes, aux femmes et à tous ceux qui sont déçus par la personnalisation excessive du jeu politique, voire sa dramatisation et sa superficialité.

La REFONDATION se situe dans une perspective volontariste visant à lier la réflexion et l’action politique pour rendre possible ce qui est nécessaire. C’est pourquoi, nous invitons tous ceux et toutes celles qui adhèrent aux notre projet de société en ce 7eme anniversaire aux débats sur toutes les questions d’intérêt national ; à la préservation de la paix civile ; à la défense et la promotion des droits de l’Homme, à l’éradication de l’esclavage et ses dérivés, au combat contre le racisme et toutes autres formes de discriminations ; à la lutte contre la pauvreté par la mise en œuvre d’une politique « développementaliste » basée sur des programmes, des approches et stratégies de développement participatif ; à la gestion transparente et équitable des ressources et biens publics et à la promotion d’un leadership collectif et assumé.

En ce jour anniversaire du parti, nous vous partageons encore une fois notre Déclaration de Politique Générale dont voici la teneur.

DECLARATION DE POLITIQUE GENERALE

La République Islamique de Mauritanie, dans ses frontières territoriales, reconnues intangibles par l’O.U.A, est un Etat conventionnel crée par le colonialisme français, sur l’émiettement des pouvoirs traditionnels précoloniaux.

Sa population, musulmane dans sa totalité, est composée des communautés arabe, harratine, pulaar, soninké et wolof qui se sont forgées, au cours de l’histoire, dans des espaces régis par des pouvoirs politiques spécifiques qui ont géré l’ « espace mauritanien », tissant des rapports marchands, matrimoniaux, religieux et militaires, jusqu’à la domination coloniale. La mainmise de la France finit par dominer et enserrer les communautés en présence dans l’espace politique actuel, appelé Mauritanie. Par la seule volonté coloniale, ces entités vont être réunies sans être réellement unies, par un pouvoir central unitaire qui impose sa volonté à tous.

Une rétrospective objective de notre parcours permet facilement d’identifier les défis majeurs auxquels nous sommes confrontés dont le principal est celui de la construction d’un Etat moderne.

L’unité nationale, la démocratie, les droits de l’homme et les questions du développement économique et social, dans l’équité, constituent les axes prioritaires du Mouvement Pour la Refondation (MPR).

  1. L’Unité nationale :

Le MPR œuvrera pour une unité nationale reposant sur la reconnaissance, la jouissance effective et l’affirmation pacifique de la pluralité des identités culturelles dans tous les lieux de diffusion du pouvoir, de la culture, des informations, de la connaissance, de la justice et de la foi. Le respect de ces principes d’égalité d’accès des différentes communautés culturelles constituent un levier pour le renforcement du sentiment d’appartenance nationale, source de cohésion sociale.

L’instauration d’une paix intérieure durable passe par un Nouveau Pacte National (NPN). Bâti sur le socle de la refondation, le NPN intègre à la fois un contrat de confiance entre l’Etat et la société et un contrat de confiance entre l’Etat et le citoyen, comme mécanismes et réponses dans la recherche obstinée de l’intégration nationale.

Face aux fractures douloureuses nées des atteintes à l’unité nationale et à la cohésion sociale qui menacent d’un poids décisif la marche de notre pays vers la paix et le développement, le contrat de confiance entre l’Etat et la société devra faire une place aux groupes sociaux victimes de discriminations de toutes sortes. Pour résorber ces fractures sociales, récentes et/ou anciennes, dont la question du passif humanitaire et toutes les formes d’esclavage et de pratiques associées, la protection des communautés contre la violence d’Etat, ainsi que des mesures de rattrapage demeurent un impératif catégorique. Tant du point de vue de la répartition du pouvoir, que de l’allocation des ressources publiques et des droits culturels, des concessions doivent être faites aux groupes primaires.

Cela passe par l’élaboration d’un pacte de l’unité servant de préambule à la constitution, mais aussi la mise en œuvre de politiques et programmes, dont l’aménagement du territoire dans le cadre d’un découpage administratif, régional et communal équitable.

Un tel contrat de confiance constitue pour le MPR, le socle du Nouveau Pacte qui suppose un dialogue devant aboutir au compromis national. Le vouloir vivre ensemble devra être codifié sur de nouvelles bases qui délimitent les rôles impartis aux institutions de l’Etat, à la société et aux citoyens. L’effort de solidarité nationale devra donc porter sur les politiques de rattrapages, particulièrement pour les communautés victimes d’oppression historique (Harratines) et de violence d’Etat (les négro-africains).

  1. La Démocratie :

L’autre dimension du Nouveau Pacte National est le contrat de confiance entre l’Etat et le Citoyen ; contrat qui, à terme, devra supplanter le premier par la mise en place d’institutions qui puissent survivre aux hommes. Il implique toute la problématique de l’ancrage de la démocratie dans notre pays, à travers la rationalisation de nos institutions démocratiques, la moralisation de nos pratiques politiques, par la lutte contre la corruption et l’instauration d’une nouvelle culture de citoyenneté.

Le MPR prône une démocratie basée sur la constitutionnalisation du mode d’accès au pouvoir, la séparation des pouvoirs, la clause d’éternité des articles ayant trait à la limitation des mandats et à la forme républicaine de l’Etat, tenant compte des spécificités et des réalités socioculturelles de la Mauritanie.

III. Les droits de l’homme :

Le MPR préconise un dialogue national franc et sincère entre les différentes composantes du pays, pour mettre fin à la méfiance culturelle, aux crispations identitaires nées des discriminations et autres violations massives des droits de l’homme que constituent l’esclavage, le passif humanitaire, l’accaparement des terres, le déni de citoyenneté et les hiérarchies traditionnelles basées sur la naissance.

Par ailleurs, le MPR va accorder une attention toute particulière au déni linguistique qui porte atteinte aux droits culturels, à la qualité de la gestion de l’espace public et de l’expression de la citoyenneté.

  1. La politique économique et sociale :

Au plan économique, nos difficultés ont été particulièrement accentuées par une gestion peu soucieuse de l’intérêt national. Gabegie, clientélisme et tribalisme ont ruiné l’économie nationale et compromis durablement les chances d’un développement harmonieux et intégré. Les secteurs de production offrent aujourd’hui un triste spectacle. L’affairisme et les scandales d’une couche sociale ont entrainé l’économie de tout un pays dans une impasse. Les sociétés d’Etat s’en vont en lambeaux au profit exclusif d’un lobby monolithique et arrogant. Cette jonction d’intérêts qui est aussi une compromission entre les tenants du pouvoir d’Etat et les milieux affairistes explique aujourd’hui le malaise profond de la société mauritanienne.

Les maux d’un chômage croissant se conjuguent à ceux de l’inflation galopante pour créer une situation inquiétante, et à terme explosive. L’horizon est bien bouché pour toutes les couches sociales défavorisées. Dans un contexte de crise, l’aide internationale, qui constitue un facteur important de développement, s’est considérablement ralentie, hypothéquant l’ensemble des investissements productifs, par la faute de politiques inappropriées, aventureuses et sans avenir.

S’agissant du secteur rural, dans sa dimension agropastorale, la priorité souvent proclamée dans les discours officiels de circonstance, a toujours été contredite par les faits. Les couches rurales qui constituent la majorité de notre population ont été au mieux abandonnées à elles-mêmes, au pire, victimes de l’arbitraire d’une administration gangrénée par le climat malsain d’affairisme autour des terres de la vallée. La dépossession des propriétaires terriens au profit des catégories de spéculateurs a été orchestrée au mépris de la loi, du bon sens et de la morale, créant ainsi des désordres sociaux et tensions lourdes de conséquences.

Le MPR engagera une nouvelle réforme foncière qui tiendra compte de la tenure foncière traditionnelle, des nécessités du développement ; et qui facilitera l’accès à la terre pour tous les vrais agriculteurs. Compte tenu de son importance dans la formation du PIB et de sa contribution aux stratégies alimentaires et nutritionnelles, le MPR accordera une priorité à la valorisation des produits et sous-produits issus de l’Elevage.

De même, la composante environnement est une donnée essentielle de tout projet intégré de développement. Plus que tout autre pays, la Mauritanie devra accorder une attention particulière aux questions écologiques. C’est de la bonne organisation de la production agricole et pastorale, et de la protection de l’environnement que dépend, dans une large mesure, l’amélioration de la qualité de vie des populations.

Au niveau du secteur de la pêche, les espoirs légitimes qui y avaient été placés sont transformés en désillusions. Des pratiques peu scrupuleuses et contraires à la réglementation ont aliéné la politique de l’Etat et conduit au marasme actuel. Ce secteur appelle une restructuration passant d’une politique de rente à une véritable intégration du secteur à la politique économique visant son industrialisation. A cet effet, la promotion de la pêche artisanale, pourvoyeuse d’emplois, ainsi que l’intégration du secteur dans l’économie nationale constituent une priorité. Aussi, la gestion des ressources doit se faire avec le souci de leur préservation pour les générations futures. Enfin, les accords de pêche doivent être conclus sur la base d’études fiables.

Le secteur minier, industriel et pétrolier connait aujourd’hui une fragilité accentuée par la conjoncture internationale difficile et le bradage des filières de production. Il s’agira de limiter l’extraversion de la SNIM et des autres sociétés nationales des mines (or et cuivre) pour leur intégration à l’économie nationale, tout en préservant leur compétitivité et le respect des engagements internationaux. L’intensification de la prospection et la recherche minière, le partenariat avec les sociétés internationales dans le cadre de sociétés mixtes à capitaux mauritaniens et étrangers et le renforcement d’une gestion transparente d’un fond pour les générations futures, constituent des mesures de défense de nos intérêts.

Le secteur bancaire est aujourd’hui en pleine crise. Il reflète de manière exemplaire la mauvaise santé de notre économie, mais aussi le pillage des richesses nationales par un lobby affairiste et sans scrupules. La nouvelle politique bancaire sera redéfinie sur la base d’une orientation plus judicieuse des crédits vers des projets de développement à caractère économique et social et devra corriger la tendance sélective actuelle, dans un souci de justice et de participation du plus grand nombre possible à l’œuvre commune de développement.

Charpente essentielle pour former le citoyen de demain et les ressources-hommes hautement qualifiées, notre système éducatif est malade. Dès son ascension au pouvoir, le MPR engagera, des réformes suite à des assises nationales de l’éducation, dans le double objectif de rendre l’école mauritanienne compétitive et facteur d’intégration nationale. Dans cette veine, une politique active en matière de formation des ressources humaines sera entreprise avec le recours à notre diaspora, dans le cadre d’une opération « Retour des cerveaux ».

Pour le MPR, les langues nationales sont des composantes de notre patrimoine culturel. Leur promotion par l’enseignement et leur vulgarisation est à la fois un devoir national et une exigence fondamentale de développement. La politique culturelle du parti sera entièrement tournée vers la recherche constante de l’intégration nationale.

D’une manière générale, notre politique est tournée vers le choix d’une économie libérale et sociale, soucieuse de favoriser l’initiative privée et d’accroître les richesses nationales de notre pays. L’Etat veillera à la libre concurrence, mais aussi aux équilibres nationaux, sociaux et locaux dans l’optique d’un développement intégré et d’une justice nationale et sociale.

Au plan social, certaines catégories sont mal intégrées, en particulier les harratines, les femmes, les jeunes et les handicapés. L’égalité des chances de tous les citoyens devant la formation, l’emploi, la santé pour réduire les écarts sociaux, est l’une des préoccupations majeures d’une société de justice et de progrès. L’esclavage existe encore, parce que les conditions objectives de son maintien n’ont jamais été sérieusement combattues. On n’élimine pas l’esclavage par des décrets sans effets juridiques réels. Toute loi-cadre de suppression de l’esclavage doit être soutenue par des mesures d’accompagnement qui permettent à l’esclave de gagner librement et dignement sa vie. Pour ce faire, l’Etat devra mettre en œuvre un programme économique et social spécifique afin d’enrayer les fondements économiques, juridiques et idéologiques de toutes les pratiques esclavagistes.

L’émancipation de la femme sera une émancipation dans le sens de la complémentarité. La femme, sujet historique, devra avoir les mêmes droits sociaux que l’homme au travail, à la formation, à l’information, à la culture valorisante, tant traditionnelle que moderne. Cette émancipation sera soutenue par un code de la famille apte à garantir ses droits et conforme aux exigences du développement.

Le secteur de la santé est pratiquement négligé. Les formations sanitaires générales et spécialisées sont d’un nombre réduit et remplissent mal leur rôle par la carence en ressources humaines, le sous-équipement et les problèmes de maintenance. Le nombre de cadres et agents de la santé reste infiniment réduit et mal répartis pour couvrir les besoins. La lutte contre les grandes endémies (paludisme, fièvre du Rift, maladie de la dingue, etc.) laisse à désirer. La privatisation du sous-secteur pharmaceutique, si nécessaire soit-elle, a été faite de manière anarchique que la population est menacée par la vente incontrôlée de divers médicaments.

La nouvelle politique de la santé veillera à l’assainissement de ce secteur et tiendra plus sérieusement en compte les besoins régionaux en équipements, en personnel qualifié et en dotation. Une priorité sera accordée aux soins de santé primaire et à la protection de la mère et de l’enfant.

La nouvelle politique du travail et de l’emploi sera sous tendue par le principe que l’homme est la ressource des ressources dans tout développement économique et social. Il s’affirme et s’anoblit par le travail. Il doit donc être sécurisé par un emploi stable. Le MPR combattra efficacement le chômage. Des politiques sectorielles de développement seront menées dans le sens de l’accroissement des ressources pour tendre vers le plein emploi.

L’Etat portera une attention particulière à la catégorie des handicapés. Des établissements spécialisés seront chargés de les assister et leur insertion dans la vie sociale doit être l’une des priorités de toute politique sociale d’intégration.

Aucune politique conséquente de la jeunesse et des sports n’a été élaborée depuis l’indépendance de notre pays. La jeunesse est très insuffisamment encadrée. Les déperditions scolaires, de plus en plus nombreuses ont lancé dans les rues des jeunes urbains, échappant à leur famille et soumis aux lois de la drogue, de la criminalité et de la prostitution. La jeunesse rurale, le plus souvent analphabète, participe insuffisamment aux activités productives. Au plan sportif, les infrastructures font défaut et les cadres de la jeunesse et des sports sont sous-employés. La jeunesse sera désormais encadrée et orientée vers des tâches de développement économique, culturel et social. Son insertion sociale sera la préoccupation constante d’une société de justice.

  1. La politique extérieure

Pays charnière entre le monde arabe et l’Afrique noire, la Mauritanie appartient naturellement aux ensembles régionaux ayant en commun des caractéristiques humaines culturelles et des intérêts communs (Union Africaine, UMA, OMVS, Ligue Arabe, CEDEAO, OCI, Francophonie, Communauté des Etats Sahélo-Sahariens, etc.). Notre pays devra occuper toute sa place dans le concert des nations par, une politique de bon voisinage et de coopération avec les autres pays. La politique étrangère du MPR s’attèlera à la réintégration de la Mauritanie à la CEDEAO et contribuera, dans le cadre des Nations Unies et de l’UMA, à une solution juste et durable acceptée par tous, du conflit du Sahara occidental.

L’étroitesse du marché national et la faiblesse de la demande solvable imposent à notre pays, la recherche d’espaces économiques viables. Il s’agira, pour le MPR, de réintégrer la Mauritanie au sein de l’espace économique de la CEDEAO et d’adhérer à l’Organisation pour l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique (OHADA) pour sécuriser les investissements et créer un environnement économique favorable.

Le MPR soutient la création d’un Etat palestinien indépendant et viable, ayant pour capitale Al Qods, le retour inconditionnel de tous les réfugiés palestiniens et l’évacuation totale des territoires syrien et libanais occupés.

Il réaffirme son attachement à la préservation de la paix, au développement des rapports d’amitié et de coopération avec l’ensemble des pays du monde,au respect mutuel de la souveraineté et des intérêts de tous.

Mouvement Pour la Refondation

 Tawary

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge