Lancement Sélibaby du financement des activités génératrices de revenus

ja mellLes actions de financement de formation et d’activités génératrices de revenus (AGR) au profit de 300 bénéficiaires des wilaya de l’Assaba, du Guidimagha et de Nouakchott dans le cadre de la feuille de route de l’éradication des séquelles de l’esclavage ont été lancées samedi à Sélibaby.
Le projet est exécuté par la direction de la promotion du microfinancement et de l’insertion professionnelle relevant du ministère de l’emploi, de la formation professionnelle et des TICs.
Le ministre de l’emploi de la formation professionnelle et des TICs, M. Dia Moctar Malal a indiqué que cette action s’inscrit dans le cadre des orientations générales des pouvoirs publics en faveur des franges vivant dans la précarité, visant à atténuer leurs peines et améliorer leurs conditions de vie.
La lutte contre la pauvreté dans les milieux pauvres, poursuit-il, est restée une priorité de la politique et des préoccupations du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz prenant une place de choix dans le plan d’action du gouvernement du Premier ministre, M. Yahya Ould Hademine qui n’a cessé d’élargir son champ d’intervention au profit des couches vulnérables en leur rapprochant les prestations en matière de santé, d’enseignement, d’hydraulique villageoise etc. ainsi qu’en finançant à leur profit des AGR pour améliorer leur quotidien là où ils se trouvent.
Il a ajouté que son département a exécuté un certain nombre de programmes dans le cadre de la feuille de route dont des formations; des crédits pour financer des AGR au profit de 100 jeunes du Brakna, du Trarza et du Gorgol en 2015 et la formation de 100 bénéficiaires des wilaya de Nouakchott fin avril dernier.
Il s’agit, à travers ces actions, de traduire dans les faits les recommandations de la feuille de route en question.
A son tour, le maire de Sélibaby a apprécié cet apport qui bénéficie aux plus démunis.
Le porte parole des bénéficiaires a, de son côté, loué ce pas qui est de nature à favoriser le relèvement du niveau de vie des citoyens les plus pauvres, de leur permettre d’accéder facilement au crédit et de les fixer dans leur terroir.
Le ministre avait auparavant effectué des visites au niveau des centres de formation professionnelle de Rosso et de Kaédi et au lycée professionnel de Boghé au cours desquelles il a suivi des explications sur les prestations dispensées par ces établissements en matière de formation au profit des jeunes n’ayant pu avoir leur Bac et ceux qui ont rompu leurs études.
Le ministre a exhorté les responsables à redoubler d’efforts pour faire acquérir aux jeunes les compétences et les expertises requises pour entrer au marché du travail.
Il n’est pas logique, dit-il, que les jeunes restent sans emplois et sans formation nécessaire pour accéder au travail insistant sur l’intérêt pour les institutions de formation à s’intéresser à l’adéquation de la demande de formation à l’offre.
M. Dia Moctar Malal s’est par ailleurs enquis de l’état des infrastructures en cours de réalisation notamment l’extension du lycée de Boghé et du centre de formation et de perfectionnement professionnel de Kaédi.
Il a réaffirmé que l’Etat est engagé dans la modernisation du secteur de la formation professionnelle et pour faire de cet enseignement un levier du développement économique du pays.
Le ministre était accompagné au cours de ses différentes visites dans leur wilaya respective par les walis du Trarza, du Gorgol et du Guidimagha ainsi que par les directeurs centraux de son département.

Source: AMI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge