l’ancien Président Ely Ould Mohamed Vall accuse le régime de tripatouille de la constitution pour rester au pouvoir le plus long temps possible.

arton4953-3159dOn peut affirmer avec certitude que la tentative de dialogue politique engagé avec le régime en place ne peut que se solder par un échec certain. En effet, les agissements passés et présents de celui-ci dénotent d’un manque de volonté politique clair permettant d’obtenir un règlement consensuel de la crise que traverse le pays depuis 2008.

Il est donc évident que la politique d’ouverture et la disposition au dialogue qu’il affiche de temps en temps ne sont que des manœuvres politiciennes conjoncturelles avec comme finalité principale d’altérer la cohésion du front de l’opposition espérant ainsi soulager une crise politique multidimensionnelle qu’il a créé et entretenu depuis son avènement.

Les handicaps qui lui sont intrinsèques empêchent d’accorder le moindre crédit à un tel dialogue. Nous citons à titre d’exemple parmi ces handicaps : 1-Le régime ne dispose ni de la capacité ni du courage ni de l’aptitude politique pour engager un dialogue national avec toutes les parties concernées pour aboutir à des solutions globales.

2-Les pratiques politiques auxquelles qu’il s’adonne chaque fois qu’un dialogue est envisagé pour décrisper la crise démontrent sans la moindre ambiguïté l’absence totale d’efforts sérieux visant à faire réussir ce dialogue et témoignent de sa volonté de se maintenir au pouvoir au détriment de tout intérêt national. C’est pourquoi tous les dialogues qui ont été envisagés sont mort-nés ou dans les meilleurs des cas dès qu’ils voient le jour.

Quand la menace est forte, il cède et accepte que le dialogue aboutisse à des conclusions qu’il finit toujours par trahir et n’en applique que celles qui sont dans son propre intérêt et fait fi du reste comme nous le rappellent les accords de Dakar.

3-Son style personnalisé de l’exercice du pouvoir et son instrumentalisation pour régler des comptes de manière mesquine et bien d’autres pratiques arbitraires et douteuses ont engendré un passif lourd qui hante le régime et l’empêche d’accepter une alternance politique pacifique.

Par conséquent, le régime à travers l’appel au dialogue actuel ne peut viser que l’un des objectifs suivants :

a-La manipulation de la constitution pour rester au pouvoir le plus long temps possible.

b- Assurer l’élection d’un fidèle pour lui permettre de continuer à manipuler le pouvoir et même envisager un retour. En tout état de cause, un dialogue réel, sérieux inclusif de toutes les composantes du paysage politique mauritanien, œuvrant en toute objectivité et en toute sincérité à trouver les voies et moyens de sortir le pays de la crise politique reste la meilleure solution à envisager pour redresser la situation.

Malheureusement, la volonté politique nécessaire et indispensable pour un tel dialogue reste absente chez le régime et ne s’imposera que si l’opposition crée une nouvelle donne politique dans le pays dont elle a largement les moyens car ce genre de dialogue dont les résultats doivent être garantis ne s’octroie pas mais s’arrache comme la liberté.

Source: fuutamedia

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge