MALI:L’armé e démantèle un camp d’entrainement de 400 recrues, procède à l’interpellation de 32 personnes et saisit un arsenal de guerre impressionnant


Au cours de deux patrouilles militaires à Sokorodji du 25 au 30 août : L’armée démantèle un camp d’entrainement de 400 recrues, procède à l’interpellation de 32 personnes et saisit un arsenal de guerre impressionnant.

Les forces de sécurité ont découvert l’existence d’un centre de formation militaire illégalement implanté à Magnambougou-Sokorodji dans la nuit du vendredi 24 au samedi 25 août 2012. C’était au cours d’une opération de sécurisation menée dans la ville de Bamako et ses environs. Au cours de cette opération, il a été procédé à l’interpellation d’un certain Mamadou Diouara et Youssouf Ndaou, deux responsables du camp d’entrainement.

De sources proches de l’armée « les deux personnes ont été appréhendées pour les besoin d’une enquête qui vient d’être ouverte « . Car, l’existence d’un tel centre devrait faire l’objet d’une autorisation officielle. Il nous est revenu que ce sont des volontaires qui ont été recrutés pour aller combattre au nord qui s’entraînent dans ce centre. » Mais, même dans ce cas de figure, c’est-à-dire pour un motif noble, celui d’aider à libérer la partie nord du pays occupée, les promoteurs de cette initiative auraient dû informer les autorités. Nous ne saurions tolérer de telles initiatives unilatérales, fut-il pour un élan patriotique de reconquête des localités du septentrion « , nous a confié une source proche de la grande muette.

Au ministère de la sécurité intérieure et de la protection civile, on estime que les seules brigades d’autodéfense qui vaillent aujourd’hui sont celles basées à Soufroulaye et Sévaré. Lesquelles sont jugées mieux structurées avec des encadrements cohérents.

Ce camp d’entrainement baptisé » Bouyan Ba Hawi » littéralement traduit « plutôt la mort que la honte » et qui encadrait plus de 400 recrues dont une dizaine de femmes, était mal perçu par les autorités militaires compte tenu de son implantation à Bamako et du caractère confidentiel entretenu sur son existence. Les recrues du camp procédaient à des exercices de tir à balle réelle sur le plateau de Sokorodji, troublant la quiétude des populations avoisinantes. Aux dires des responsables militaires, il a été décelé au sein de cette milice, des déserteurs et des militaires en abandon de postes qui font office d’encadreurs. Des fusils de guerre, des grenades et des munitions ont été découverts lors d’une descente de l’armée sur les lieux.

Au ministère de la sécurité intérieure et de la protection civile, on a vite pris soin de dénoncer la présence de cette milice en possession d’un arsenal de guerre dont seule l’armée peut disposer.

» Aucune structure, autre que les forces armées et de sécurité n’est autorisée à disposer d’un arsenal de guerre sans une autorisation officielle. Elle constitue plus un danger qu’une solution à nos problèmes de sécurité. Les forces de défense et de sécurité du Mali font de la sécurisation des populations et leurs biens ainsi que la reconquête des localités du nord une mission sacerdotale. Si l’intention réelle de cette brigade était la reconquête du nord, elle aurait dû aller se joindre aux autres groupes d’autodéfense présents à Sévaré ; au lieu de disperser ses forces « , déclare l’état-major de l’armée malienne.

Nous y reviendrons.

Abdoulaye DIARRA

Source : L’Indépendant

Maliactu – août 2012

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge