L’armée égyptienne bombarde des localités jihadistes dans le Sinaï

L’Egypte a lancé ce mercredi 8 août des frappes aériennes dans la péninsule du Sinaï, faisant vingt morts dans les rangs des activistes islamistes présumés, a annoncé la télévision d’Etat. Les autorités égyptiennes avaient promis de venger les seize gardes-frontières tués dimanche dernier. Une attaque attribuée à des activistes islamistes.

A l’exception du président Morsi, de nombreuses personnalités, dont le maréchal Tantaoui, ont assisté aux funérailles des soldats égyptiens mort dimanche 5 août 2012 dans le Sinaï.
REUTERS/Amr Abdallah Dalsh

C’est une opération de large envergure menée sur trois fronts. D’abord une attaque aérienne contre le village d’al-Touma, à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Gaza. Un village réputé pour abriter des groupuscules jihadistes. Le bombardement aérien a été suivi d’une attaque terrestre qui a permis aux blindés de l’armée d’entrer dans le village. Ils étaient soutenus par des Bédouins de la région, excédés par la mainmise des extrémistes.

La seconde attaque a été menée par des forces spéciales héliportées contre un autre refuge des jihadistes, la montagne d’al-Gimei, au sud d’al-Arich après un bombardement au mortier.

Il y a enfin eu le lancement d’une opération visant à détruire les sorties de tunnels venant de Gaza avec du matériel lourd d’excavation. Des opérations toutes sans précédent et qui ont lieu dans la zone démilitarisée en vertu du traité de paix avec Israël, ce qui signifie que l’armée égyptienne a au moins obtenu l’accord tacite de l’Etat hébreu.

Selon les experts, la contre-attaque de l’armée égyptienne est loin d’être terminée.

Zone démilitarisée

L’opération a débuté à 3h20. Trois hélicoptères d’attaque au sol Apache ont commencé à tirer sur des objectifs dans le village d’al-Touma près de la ville du cheikh Zoweid à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Gaza. Les hélicoptères ont commencé par tirer des roquettes contre trois véhicules tous terrains transportant des jihadistes.

D’autres positions ont été attaquées par les Apaches durant l’attaque qui a duré cinquante minutes. Des missiles ont été tirés contre les hélicoptères qui volaient trop haut pour être touchés. Des forces terrestres comprenant des blindés sont ensuite intervenues. Elles étaient accompagnées de Bédouins de la région excédés par la domination des extrémistes musulmans. Ces derniers, qui considèrent tous ceux n’appartennant pas à leur groupuscules comme des mécréants, avaient décrété « un émirat islamique » dans la zone allant de la ville du cheikh Zoweid à la frontière avec Gaza.

Coopération avec Israël au niveau sécuritaire

Qu’il le souhaite ou non, le gouvernement égyptien du Frère musulman Mohamed Morsi devra coopérer avec Israël au niveau sécuritaire. Une coopération en contradiction totale avec les Frères musulmans qui avaient accusé Israël d’être derrière l’attentat qui a coûté la vie à 16 gardes-frontières égyptiens.

Officiellement, c’est pour ne pas gêner la participation populaire par les mesures de sécurité que le président Morsi n’a pas participé aux funérailles des militaires morts. Une justification qui n’a pas convaincu la majorité des Egyptiens. D’ailleurs les Frères musulmans ont donné une autre explication : « Vous ne vouliez pas que le président égyptien participe à une cérémonie où il serait insulté. » Des manifestants avaient crié « à bas Morsi » lors des funérailles et avaient lancé leurs chaussures contre Le Premier ministre, l’islamiste Hicham Qandil.

 

Source:RFI

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind