L’attaché militaire mauritanien indésirable à Alger

d-lattache-militaire-mauritanien-indesirable-a-alger-3ff51L’Algérie a rendu coup pour coup. Au renvoi du diplomate algérien, Belkacem Cherouati, par la Mauritanie, elle a appliqué le principe de réciprocité. Dimanche, un diplomate mauritanien, du même rang que le premier conseiller de l’ambassade d’Algérie à Nouakchott, objet d’un renvoi, a été déclaré persona non grata par les autorités algériennes, a confirmé, hier, l’agence de presse officielle APS, citant le ministère des Affaires étrangères. La mesure a concerné le  chargé des affaires militaires à l’ambassade de Mauritanie à Alger, Mohamed Ould Abdallah.
Une identité que confirme, par ailleurs, le site mauritanien Sahara Media. Une source proche du ministère des Affaires étrangères a confié, dimanche, que l’expulsion du diplomate algérien s’apparente à un casus belli. “C’est une décision assez grave qui s’apparente à un casus belli”, a-t-elle dénoncé, avouant que l’acte jette un froid sur la relation algéro-mauritanienne. “À présent, ce n’est pas encore la crise. Mais il faut dire que cette décision regrettable, prise par le gouvernement mauritanien, jette un froid dans les relations que nous avons entretenues jusque-là avec ce pays.” En tout, Alger est irrité au plus haut point par l’attitude “incompréhensible” et “les motivations infondées” de Nouakchott. Cela s’est vérifié à travers le temps très court mis à signifier la décision de réciprocité à l’ambassadeur de Mauritanie, convoqué au siège du ministère des Affaires étrangères. L’ambassadeur de Mauritanie n’a été reçu que pendant 4 petites minutes, a précisé l’APS, qui cite toujours une source au ministère des Affaires étrangères.
Tout juste le temps qu’il faut pour lui notifier la décision. On imagine tout le froid qui a entouré la réception du diplomate mauritanien. “L’ambassadeur de Mauritanie en Algérie a été reçu, dimanche, au siège du ministère des Affaires étrangères pendant ‘4 minutes’, afin de lui notifier la décision de l’Algérie de déclarer ledit diplomate persona non grata, et ce, dans le cadre du principe de réciprocité.”
Pour rappel, les autorités mauritaniennes ont renvoyé le diplomate algérien au motif qu’il aurait inspiré un article sur le site mauritanien Al-Bayan El-Souhoufi, et dans lequel, il était affirmé que “la Mauritanie a déposé une plainte contre le Maroc auprès des Nations unies qu’elle accuse d’inonder le nord de la Mauritanie de drogue”.

Source: Liberte

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge