Le Centre Hospitalier de Sélibaby: Le calvaire continu des populations.

GuidimakhaA Sélibaby, ils sont nombreux parmi les usagers et les demandeurs de  des soins  au centre hospitalier à  reconnaitre que si espoir était permis avec la nomination du Dr Deh Abou comme directeur du centre que c’est n’est plus le cas. C’est le retour aux pratiques qui poussaient les guidimakhanké à se faire consulter à Gakoura,Tafsirga  au Mali et à Bakel  au Sénégal. Les  va et vient entre les différents services du centre  et le traitement réservé aux patients et ceux qui les accompagnent mettent les populations  dans l’impossibilité de trouver satisfaction au niveau de cette structure sanitaire de laquelle dépend toute la région. Et pour cause les responsables fuyant  leurs responsabilités, se font remplacer par des filles et de garçons de salles ,recrutés ou engagés suivant des liens de parenté avec un membre de l’administration ,suivant l’influence et l’appartenance au même parti politique. Une fois admis dans ce centre, après les premiers soins dit d’urgences c’est à  une caissière, fille de salle, sans niveau et en excès de zèle que vous avez à faire avant de chercher à trouver en vain un autre garçon de salle ,faiseur de roi puisque remplaçant son patron ,le représentant de la caisse d’assurance maladie(CNAM) qui vaque à ses occupations sans soucis des torts qu’il cause aux malades assurés. En effet le laisser aller, le manque de considération pour les populations et les usagers au centre hospitalier de Sélibaby s’illustre par le fait vécu en ce jeudi 16 avril 2015 par un fonctionnaire de l’éducation nationale accompagnant une malade assurée admise aux services d’urgences  à partir de douze heures passées. Ce dernier a été  surpris par la réaction de la caissière  à qui il a présenté une demande d’examen médical et des papiers qu’on remet aux malades assurés. Ignorant que s’adresser à une  fille de salle, caissière d’un centre hospitalier en sa possession un document d’assurance maladie est un tort, il  irrita cette dernière à tel enseigne qu’il  n’a  même pas eu droit à une  réponse.

Le bureau du représentant de la CNAM étant fermé, car ni lui, ni le garçon de salle, son remplaçant ne sont en place, le monsieur était dans l’obligation de payer comme un non assuré pour que la patiente puisse  faire la radio thorax, demandée afin d’accéder à des soins nécessaires. Cependant son indignation  est  d’entendre le médecin de garde  et le chef du service du personnel dire que le responsable de la CNAM se fait remplacé par un garçon de salle. Mais  surtout quand ces deux responsables laissent entendre que c’est la Mauritanie. Comme c’était un modèle à suivre ?

Reste à savoir pourquoi une telle démission des responsables au niveau de ce centre ?  A quoi sert de cotiser mensuellement pour une assurance  maladie quand ce sont des filles et de garçons de salles qui privent les ayant droits au vu et au su de tous ?

 La surfacturation des médicaments, l’arnaque des patients, de ceux qui les accompagnent,  la corruption ont été des pratiques connues de tous pour avoir caractérisé le quotidien des demandeurs des soins et leurs parents au niveau du centre hospitalier. Le manque l’assistance d’indulgents  et l’irrespect des usagers  sont des maux qui, aujourd’hui  gangrènent le centre où les responsables s’effacent au détriment des subordonnés, nostalgiques de l’autre ère.

Amadou Bocar Ba

 

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge