Le conseil de sécurité étudie des options sur Guergarat mais ne prend pas de décision

decisionLe Conseil de sécurité s’est réuni à huis clos ce vendredi à New York sous la présidence néo-zélandaise pour des consultations sur leSahara. A l’ordre du jour figuraient le chantier de la route reliant le Maroc à laMauritanie à Guergarateet le face-à-face entre Marocains et membres du polisario à la frontière maroco-mauritanienne.
L’envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies Christopher Ross est intervenu vendredi après-midi à 15H heure de New York (20H heure marocaine) pour briefer les membres du Conseil de sécurité (CS) sur la situation à la frontière maroco-mauritanienne près de Guergarat.
Le numéro 1 de la Minurso Mme Kim Buldoc est également intervenu par vidéoconférence. Selon K. Buldoc, «quelques centaines de mètres, 120 de chaque côté du mur de défense, séparent troupes marocaines et combattants séparatistes».
Fermeté marocaine
Parmi les options discutées à New York ce vendredi figuraient l’achèvement de la construction de la route de Guergarat par la Minurso ou par une tierce partie. LeMaroc a réaffirmé ces derniers jours son intention d’achever cette route qui relie leMaroc à la Mauritanie.
Rabat s’est montré disposé à un retrait de 300 mètres des hommes armés, suivi d’un retrait total et d’un positionnement de la Minurso sur la zone.
Au terme de cette réunion du 9 septembre, « aucun consensus ne s’est dégagé au sein du CS des Nations Unies » sur le sort du chantier de la route qui relie le Marocà la Mauritanie et traverse le no man’s land a indiqué l’ambassadeur du Venezuela Rafael Ramirez. Cette route ne fait que 6 à 7 kilomètres au total, dont 4 km au maximum devant être goudronnés par le Maroc.
Avec l’Uruguay et La Nouvelle-Zélande, Caracas appuie les thèses séparatistes anti-marocaines au sein du CS des Nations Unies.
Face-à-face armé
La réunion de ce vendredi 9 septembre sur le Sahara au CS des Nations Unies est la deuxième du genre en un mois depuis l’opération entreprise par le Maroc le 14 août dernier pour lutter contre le commerce de contrebande et sécuriser la zone contre les menaces d’infiltrations armées.
A la demande du Venezuela, proche d’Alger et du polisario, une première réunion s’est tenue le 26 août dernier. Le numéro 2 des opérations de maintien de la paix de l’ONU El-Ghassim Wane avait briefé les 15 membres du CS sur la situation àGuergarat.
Les opérations de lutte contre les réseaux de contrebande supervisées par les gendarmes marocains à Guergarate ont été suivis par la présence de plus de 30 combattants du polisario de l’autre côté du mur de défense.
Cette dernière présence est considérée par l’ONU comme une violation de l’article 1 de l’accord de cessez-le-feu. Cet accord prévoit l’absence d’hommes armés sur cinq kilomètres de chaque du mur de défense. L’ONU ainsi que la Mauritanieindiquent cependant avoir été averties par Rabat de l’opération en cours près deGuergarate, mais pas de la construction de la route. La construction de la route n’est pas une violation de l’accord de cessez-le-feu rappelle Rabat; elle exige une simple notification, ce qui a été fait.
Une source autorisée marocaine nous a indiqué que l’opération a été lancée en étroite coordination entre la wilaya de Dakhla et la préfecture de Nouadhibou.

Par Jamal Amiar

Source : Médias24

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge