Le départ du groupe EI du sud de Damas fixé par un accord inédit

DamasEn Syrie, un accord inédit a été conclu sur le départ samedi de trois quartiers sud de Damas de 4 000 personnes, dont des jihadistes de l’État islamique (EI), du Front al-Nosra et des civils, ont affirmé ce vendredi 25 décembre des sources proches des négociations.

C’est le premier accord du genre impliquant le groupe Etat islamique. Il autorise 4 000 personnes, civils et combattants appartenant notamment à l’organisation EI et au Front al-Nosra, à quitter le camp palestinien de Yarmouk, au sud de Damas, et les quartiers voisins de Qadam et de Hajar al-Aswad.

Selon une source gouvernementale syrienne, l’application de l’accord doit débuter ce samedi 26 décembre. Ces 4 000 personnes seront transférées soit à Raqqa, la « capitale » de l’organisation Etat islamique, dans le nord de la Syrie, soit à Marea, dans la province d’Alep, frontalière de la Turquie et tenue par des groupes rebelles islamistes et le Front al-Nosra.

A Qadam, toujours selon cette source gouvernementale, une unité de l’armée est entrée jeudi 24 décembre pour récupérer l’artillerie lourde et l’équipement militaire. Dix-huit bus sont déjà sur place en vue de l’évacuation. « Chaque combattant sera autorisé à partir avec sa famille, une valise et son arme personnelle », a précisé un représentant local.

Quatre tentatives similaires avaient par le passé échoué, a souligné cette même source gouvernementale. Ce départ est l’aboutissement de négociations débutées il y a deux mois entre le régime et des représentants des habitants des trois quartiers du sud de la capitale qui souffrent d’une profonde dégradation des conditions de vie, causée par le siège imposé par l’armée depuis 2013, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Yarmouk abrite aujourd’hui près de 7 000 civils palestiniens et syriens, contre plus de 160 000 personnes avant le début du conflit en 2011. En avril dernier, le groupe Etat islamique et le Front al-Nosra s’étaient emparés de 60 % du camp, avant de se replier sur 40 % du territoire. C’est de là qu’ils lançaient leurs offensives contre les forces du régime, mais aussi contre les nombreux groupes de la rébellion dans la région de Damas. Ils se trouvent désormais dans la partie sud.

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge