Le général Abdel Aziz prend ses rêves et délires comme une réalité mais la roue de l’histoire continuera de tourner encore

CAMMF_PP_0024Ce jeudi 26 mars 2015, lors d’une conférence de presse au palais de la présidence, fidèle à ses méthodes autocratiques, le général putschiste avait voulu d’entrée de jeu anesthésier les journalistes, en voulant imposer son tempo et sa musique connue du public mauritanien, truffée de démagogie et de mensonge pour le seul but de l’endormissement du peuple pour se maintenir durablement au pouvoir qu’il a volé en Aout 2008 à un président démocratiquement élu Sidi Ould Cheikh Abdallahi.
Nous sommes restés sur notre faim sur cette émission télévisée ou les préoccupations des Mauritaniens sont laissés au second plan, pire encore un journaliste Ahmedou Ould Wedia a été sommé par le président de se retirer et il lui opposa courageusement un niet catégorique démontrant les limites, la fébrilité et l’incompétence du président pour aborder les vrais sujets.
Aux différentes questions posées au président Mohamed Ould Abdel Aziz, aucune ne trouve une réponse adéquate à la hauteur des enjeux nationaux économiques, sociaux, politiques et sécuritaires, allant jusqu’à nier l’existence de terroristes en Mauritanie, clochardiser les braves grévistes de la société nationale industrielle et minière (SNIM) en leur refusant leurs droits élémentaires et méconnaitre les prisonniers d’opinion d’Aleg Biram ould DAH Ould Abeid et ses codétenus après le lot d’instrumentalisation de la justice ,le faux semblant de dialoguer avec son opposition en se servant de la misère du peuple pour se faire une tournée d’illusion et d’évasion avec l’ensemble des cadres de la nation …. Sont autant de constats et vérités intrinsèques que ce pouvoir est une catastrophe pour la Mauritanie.
Le comble du mensonge, des délires et des rêves du président que notre coordination des anciens Militaires Mauritaniens en exil (CAMME) a relevé est le supposé règlement du passif humanitaire qu’il prétend avoir réglé, certainement avec son ombre, dans et rêves car nul ne peut se substituer aux nombreuses victimes, militaires, veuves et orphelins qui d’ailleurs n’ont mandaté aucune personnalité ,aucune association pour monnayer ou marchander sur leurs revendications légitimes du devoir de mémoire , de justice et de réparations, qui resteront non négociables quel que soit le pouvoir ou le nombre d’années, rien n’altèrera notre soif de vérité et de justice.
Que le président Aziz sache qu’il ne peut enterrer unilatéralement le dossier du passif humanitaire comme il ne peut enterrer son ombre, et ce dossier relèverait du droit de la justice et les auteurs de crimes odieux continueront à être traquer partout où cela sera possible si l’entame d’une vraie réconciliation nationale avec des gages cardinaux, dignes et honorables ne seront pas définis au préalable, pour que de telles ignominies ne se reproduisent plus jamais dans notre pays, la Mauritanie.
La CAMME constate, une sortie malheureuse et sans importance pour le peuple et elle réitère que le règlement du passif humanitaire est l’une des clefs de la pacification et de la bonne cohabitation entre les citoyens de ce pays, vouloir en faire autrement par la corruption, le maintien de l’impunité et du favoritisme ne sont pas des garanties de stabilité et de bonne gouvernance d’un état.
La CAMME, constate avec regret que le président de la république n’est pas celui qui réglera, le problème de l’impunité par son ignorance aux principes et aux caps des devoirs de mémoires ; de justice et de réparations auxquelles les victimes sont profondément attachées depuis maintenant plus de deux décennies.
Elle demande à l’ensemble de l’opposition nationale très hétérogène et divisée, de penser à la Mauritanie en refusant la sélection et l’orientation calamiteuse de leur lutte fratricide , qui fait souvent le lit du pouvoir et sa propagande au mépris du peuple et de son avenir.
Nous prenons à témoin les chancelleries internationales résidentes à Nouakchott et les organisations non gouvernementales sur la dangerosité et l’autocratie avec laquelle, le pouvoir de Nouakchott entraine le pays sous la menace d’une implosion sociale incontrôlable préjudiciable à tout point de vue à la Mauritanie entière.
A bon entendeur salut
La coordination des anciens militaires Mauritaniens en Exil ( CAMME)

Le porte-parole de la CAMME

Source : CAMME
Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge