Le jeune sénégalais tué à Tanger serait confondu à un ivoirien recherché par ses assassins

charlesndour

La mort du jeune sénégalais tué à Tanger la semaine dernière continue de défrayer la chronique au Maroc. Les circonstances de sa mort n’ont pas encore été élucidées malgré l’enquête diligentée par le parquet de Tanger. Des sources avancent que les tueurs chercheraient des ivoiriens poursuivis pour d’autres motifs. Mystère!

Selon le journal marocain ‘Libération’, le jeune sénégalais  Charles Alphonse Ndour (26 ans) serait tué par « erreur » à en croire des témoignages recueillis et les sources proches du défunt.  Plusieurs témoignages ont bouté en touche la version de la presse marocaine présentant le défunt comme un migrant en situation irrégulière victime d’une altercation avec un marocain.  Et le journal Libération de citer les propos tenus par le vice président de l’Association Lumière sur l’émigration clandestine au Maghreb (ALECMA) : «C’est faux », Charles Paul Alphonse Ndour était un étudiant en droit et titulaire d’un titre de séjour. Il était en vacances chez sa sœur à Tanger avant d’être assassiné froidement chez elle, dans son salon » a-t-il dit. D’après lui, quatre jeunes Marocains armés de couteaux et de machettes ont fait irruption dans la maison après avoir forcé la porte. « Ils ont attrapé Charles et mis les femmes en quarantaine avant de commencer à le frapper », a-t-il poursuivi. Le défunt ne semblait pas avoir compris ce qui se passait d’autant que ses agresseurs l’appelaient l’Ivoirien. En effet, selon certains témoins, les quatre jeunes étaient à la recherche de quelques Ivoiriens qui se sont sauvés avant de se réfugier dans l’immeuble où se trouvait Charles » relate le journal marocain.

Mieux, Hicham Rachdi, secrétaire général du Groupe antiraciste de défense et d’accompagnement des étrangers et migrants (GADEM), cité aussi par le journal marocain, a révélé, selon certains témoignages, que le défunt résidait à Tanger et qu’il était en situation administrative régulière comme l’atteste sa carte CNSS pourtant le numéro 122647690. Certaines sources ont confirmé au SG du GADEM que le regretté avait des problèmes avec le propriétaire de la  maison qui voulait l’exproprier.

Sur l’identité des assassins, des témoins indiquent qu’ils n’habitent pas le quartier Boukhalef où le sénégalais a été tué mais seraient venu du quartier de Béni Makada, un haut lieu des salafistes et trafiquants de drogue à Tanger. Est-ce un règlement de compte, un acte prémédité ou un acte simplement raciste ? Ce sont là des questions qui taraudent l’esprit. En tous les cas, le parquet général près la Cour d’appel de Tanger a ordonné l’ouverture d’une enquête approfondie pour identifier les personnes impliquées dans ce meurtre.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge