Le mépris azizien fait-il le lit d’une lutte armée en Mauritanie ?

On raconte qu’Ely Ould Mohamed Vall est un pingre comme son cousin Aziz comme si leur fortune venait de la sueur de leur front mais on rajoute que la différence entre les deux Picsou est que contrairement à Aziz, Ely n’est pas méprisant. Qui que vous soyez, si vous allez voir Ely du temps de sa gloire ou des derniers soubresauts, vous serez reçus avec considération selon la formule en hassanya qui dit « kabarvic el keurch » qui signifie qu’il vous recevra comme si vous aviez un gros ventre, formule imaginée qui rapportant le plumage au ramage fait du ventre un signe qui imposerait le respect.

armée mauritanienne au combat

Bien entendu, si vous êtes un soutien intéressé, fatigué, un peshmerga, un griot et que vous espérez quelque chose d’autre que l’air dans le ventre venant d’un grand homme, vous en serez pour vos frais de même qu’avec Aziz mais Ely, lui, vous laissera partir en vous raccompagnant à base de formidables formules de gentillesse et de respect, là où Aziz vous laissera partir comme vous êtes venus, l’humiliation en plus…

Aziz n’utilise ces formules de charme apprises apparemment chez le redoutable parent que pour charmer la presse étrangère ou jouer « ami-ami » à tous les râteliers. C’est ce que rapportent tous ceux qui l’ont approché pour l’interviewer ou tous ceux qu’il a convoqués ou qu’il a dû rencontrer pour  régler un problème de la région. Aziz en privé est l’ami du dernier qu’il a reçu. Il vous parle avec un ton tel que vous croyez que vous êtes son intime ami, il prend un tel air innocent ou de fourbe connivence que vous vous dites que l’homme est finalement manipulable, qu’il semble à votre portée…
Piège terrible où tout le monde est tombé, attrape-nigauds qui justifie comment il a berné et enchanté tout le monde. Aziz est un extraordinaire griot. On l’a vu à l’exercice quand Kadhafi yarahmou est venu. Souvenez-vous comme il était mielleux comme tous ces courtisans qui sont aujourd’hui autour d’Aziz. 
Là est une force formidable de cet homme car pour l’instant à part quelques moments de flottement où il a commencé à avoir la grosse tête sous le coup de la puissance financière et du pouvoir quasi absolu, passé ces moments il a repris ses esprits comme quelqu’un qui est H24 en mode hold-up ! On dirait qu’il est le premier surpris de la facilité avec laquelle tout coule depuis qu’il a chassé Taya puis le vieux complice…
Il sait à merveille qui peut lui nuire et on dirait qu’il est persuadé que tout le monde a un prix. On dirait qu’il sait parfaitement comment se faire l’âme des corrompus et diviser ceux qui n’attendent que ça en les faisant saliver patiemment. Il le fait à merveille et y réussit partout. Même dans l’armée, on raconte qu’il a envoyé au diable en tant que conseillers militaires tous les éléments indomptables ou imprévisibles ou plus dignes que d’autres d’être des généraux… 
En un mot Aziz et son équipe virtuose ont réussi le tour de force d’anesthésier ce pays ! Ils ont ridiculisé les opposants en les laissant parler dans le vide meeting après meeting, marche après marche à base de marche du défi, marche du déni sans jamais oser la marche du délit ! Celle qui se dirigerait vers la présidence  à la vie à la mort…
Quant à la presse, elle est épuisée, n’y croit plus. Les journaux papiers sont publiés pour les quotidiens à 500 exemplaires ! Les hebdos juste à 1000 ! Depuis la reprise présumée des subventions, c’est peut-être plus mais c’est toujours dérisoire. Ce n’est pas un cri dans le désert, ni une tempête dans un verre de thé, c’est une vesse dans le bureau. Sur le net nous avons plus de lecteurs en un jour que 4 jours d’un quotidien ou une semaine d’un hebdo ! Machallah.
Les ONG des droits de l’homme ne font pas recette. Ils ont du mérite, au moins celui d’exister mais leur pouvoir de nuisance ou d’interpellation des consciences avoisine le zéro. Ceux qui font le plus de tapages comme TPMN n’ont servi à presque rien pendant les débuts difficiles de l’enrôlement quand un texte comme celui Ahmed Jiddou « enrôlement : nous sommes tous des étrangers » fit à lui seul l’effet efficace d’une bombe…
D’ailleurs soit dit en passant, contrairement à Birame de l’IRA qui n’a pas du tout le profil d’un homme qui puisse être nommé, on peut noter sans lui faire un procès d’intention qu’un Birane Wane n’a jamais rien fait qui puisse lui interdire une nomination : il a le profil parfait d’un futur appelé :  le discours racial comme un flambeau que d’autres ont tenu avant lui avant d’être nommés au nom de la cause mais un discours jamais radical, il y a toujours comme une main tendue dans le dos…
Birame lui est condamné à jamais… Pour mille raisons avant ses excès. Son soutien à Israël affiché n’est pas défendable par les temps qui courent dans une république islamique quand le général qu’il se dit combattre se fait le champion de l’avis du peuple à ce sujet. Ensuite, à voir le nombre de gens qui réclament la sortie Birame, on peut dire que Birame a fait chou blanc sur le sujet car ses troupes sont bien maigres depuis le temps qu’il parle si fort…
D’ailleurs là encore ce sont les avocats et les intellos ricaneurs qui empêchent Aziz de gracier Birame car chaque fois qu’Aziz fait ce geste, on lui tape dessus en disant qu’on ne gracie pas quelqu’un qui n’est pas condamné ensuite ils veulent qu’Aziz refasse la chose. Tout cela n’est pas sérieux. Birame quand il sortira doit réfléchir à une façon plus efficace de mener sa lutte qu’en voulant faire un front noir contre les maures car il refuse de dénoncer l’esclavagisme chez les négro-mauritaniens. Il devra réfléchir à aller sur le terrain et lutter dans la durée pour éveiller les consciences plutôt que toujours chercher à faire du bruit dans le vide ou allumer un feu dont il sent à présent le retour de flamme.
Je peux tenir ce discours car je suis parmi les premiers dès le lendemain de son arrestation à dire avant le fameux cheikh que seul le coran est sacré et qu’on fait à Birame un mauvais procès et je suis le premier à accuser le pouvoir de le condamner à mort en se servant des médias publics pour exciter les foules.
Tout pour dire en revenant à nos moutons, qu’Aziz a tout anesthésié car le sort de Birame qui ne fait pas de vague ou si peu prouve que l’élite hartanienne n’est pas concernée par son affaire si tant est qu’elle soit unie, de même pour les masses haratines sans parler des autres citoyens.
Aussi, doit-on se poser la question de savoir si Aziz n’est pas en train de faire le lit d’une lutte armée clandestine contre son pouvoir en humiliant quiconque fait une lutte pacifique ? Ce qui est sûr c’est qu’Aziz n’est pas prêt à un bain de sang ni lui ni ses généraux car ils ont la trouille de l’époque que nous vivons. Tout ce qu’ils ont pour régner c’est la peur d’un peuple brisé que leur a légué Taya et Haidallah.
Ils savent que s’ils règnent tranquilles, ils ne risqueront rien à l’avenir même si Aziz chute. Il leur restera toujours leurs milliards présumés car avant d’attaquer Aziz et sa clique pourquoi ne pas attaquer tous les autres qui ont pillé ce pays, détruit l’éducation, la santé de son peuple, humilié la classe moyenne et clochardisé la fonction publique sans oublier l’armée dont ils ont fait apparemment une milice sinon les ordres de Sidioca eussent été respectés au moins par quelques-uns ?
Haidallah a du sang sur les mains, il se balade tranquille en Mauritanie, les banquiers criminels sont là toujours aussi arrogants de père en fils avec leur armée de mercenaires pour nous vendre leur sainteté ; les vendus, les traîtres n’ont honte de rien car trahir en Mauritanie n’engage à rien, c’est un crime qui a tellement servi devant tous que la majorité le trouve familier comme le plagiat, on vous répond «  il n’y a pas mort d’homme » et pourtant si, car tous ces vols tous ces crimes ont tués des milliers de gens et en tuent tous les jours.
La démocratie chez nous telle qu’elle fut rêvée par ses fondateurs a été violée par des militaires, elle donna naissance à une bâtarde que nous respectons car le mot bâtard n’est devenu une injure que dans la bouche de la méchanceté des hommes car le bâtard n’y est pour rien ! 
Il n’y a qu’un responsable à tous nos malheurs : la confrérie des médiocres… Cette nébuleuse qui recrute ses semblables dans tous les rouages de l’état et de l’armée pour écraser et humilier les autres jusqu’à ce que les victimes en rient !
Ce pays manque de héros, manque de vrais leaders ! Sommes-nous à ce point impuissants que nous n’ayons pour justifier notre lâcheté que de dire «  tu sais, on a beau dire mais Aziz construit tout de même, il fait des choses… » comme si cela justifiait que ce pays lui soit livré corps et âme, sol et cieux !

Source : Chezvlane


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind