Le ministre des finances annonce sa cure d’amaigrissement: Le marasme à l’origine de l’austérité annoncée

imagesMauriweb: Le ministre des finances mauritanien, Moctar ould Djay, a révélé que le gouvernement procèdera à la coupe sur des dépenses liées aux moyens de communication et à l’usage de l’eau et de l’électricité.

La facture de tels services serait, si l’on en croit le ministre, de 5 milliards d’ouguiyas en 2014. Une enveloppe qui aurait atteint les 530 millions d’ouguiyas en janvier 2015. A ce rythme, le ministre des finances prétend qu’elle pourrait atteindre les 7 milliards soit une augmentation de plus de 2 milliards qu’en 2014.

Depuis son arrivée au pouvoir, suite au coup d’Etat de 2008, le président Aziz a initié plusieurs mesures de réduction de coût des dépenses publiques (logements des fonctionnaires, véhicules de prestige, les dépenses d’hydrocarbures…).

Mais toutes ces mesures ne semblent pas avoir porté leurs fruits. Cette dernière tentative de cure dans les dépendants, selon des analystes indépendants, cacherait mal la crise financière qui s’annonce pour les autorités en dépit d’une hausse généralisée de l’imposition. Selon ces mêmes sources, l’Etat tente de parer à des difficultés économiques imparables liées au déficit des recettes générées par les secteurs des mines et des pêches dans le pays.

Pour eux, l’Etat aurait pu faire mieux en s’attaquant à la mauvaise gouvernance des finances et à la corruption dont les coûts mineraient considérablement l’économie nationale.

Pour ces mêmes sources, les mouvements sociaux auxquels on assiste aujourd’hui en Mauritanie ne sont en fait que le prélude d’un marasme profond qui risque de s’installer durablement avec tous les effets pervers qu’il pourrait charrier.

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge