Le paradigme de la complexité du parjure de Ould Abdel Aziz dans une République islamique : pour une saisine des Oulémas

oulemasS’il est vrai qu’en 1990 le vent de la démocratie avait soufflé sur le continent africain avec plus ou moins de fortune ici et là, aujourd’hui, c’est plutôt la tempête de la modification des constitutions qui ravage l’Afrique. Les uns après les autres, les chefs d’états africains rivalisent en laborieuses arguties constitutionnelles.
Le président mauritanien est lui aussi en passe de jouer sa partition dans cette triste chorale de tripatouillage constitutionnel. En effet celui-ci, après avoir juré au nom d’Allah sur le Saint Coran, se fonde aujourd’hui sur le « droit imprescriptible de la nation de changer sa constitution » pour emboiter le pas à plusieurs de ses homologues africains. Le masque transparent est tombé, après une courte phase d’hésitation et d’ânonnement tactique illustrés par les impairs de ses ministres.
Cependant, la Mauritanie n’est ni le Congo, ni le Tchad et encore moins la Côte d’Ivoire… La particularité de la Mauritanie c’est qu’elle est une République islamique où l’Islam est la religion du peuple et de l’Etat, la Charia la seule source du droit. Cette différence est loin d’être négligeable.
En Mauritanie, lors de son investiture, le président de la République jure « par Allah l’Unique de ne point prendre ni soutenir, directement ou indirectement, une initiative qui pourrait conduire à la révision » des articles 26 et 28 lesquels stipulent que le Président de la République n’est rééligible qu’une seule fois.
Cela n’est certainement pas le cas de la plupart des pays africains qu’on voudrait mimer mais qui sont généralement régis par des lois fondamentales laïques consacrant une séparation totale entre le champ politique et le domaine de la religion. La prestation de serment des chefs d’états dans les pays visés relève strictement d’un simple engagement républicain pris devant les hommes, dépourvu de toute dimension théologique.
En Mauritanie, l’exercice du pouvoir est intimement lié à l’islam. Les engagements pris par le chef de l’Etat, le sont devant Allah Le Très Haut et les musulmans, sur la base du saint Coran. Cette forte dimension théologique n’est pas sans conséquence sur le poids et les implications d’un parjure devenu désormais effectif.
En effet, selon l’esprit de la Constitution mauritanienne en vigueur, le parjure commence dès lors que le Président, lui-même participe à une initiative visant la révision de la Constitution en ces dispositions se rapportant au statut du chef de l’Etat, à la dévolution, à l’alternance politique, à la prolongation ou non du mandat présidentiel. Or le Président a personnellement présidé solennellement aux travaux du fameux dialogue national. La violation des articles pertinents est déjà établie dans cette démarche.
Donc le parjure est effectif et flagrant dès cet instant. Inutile d’attendre l’issue du dialogue. Aux yeux de tout musulman, il est clair que le parjure dans les circonstances religieuses décrites plus haut, relève d’un paradigme de de complexité sans précédent dans lequel les pratiques d’expiation des parjures de serment resteront moralement inopérantes.
A ce niveau, la question consubstantielle qui se pose est celle très grave des conséquences pour un Président musulman, dans une république islamique, qui foule au pied le nom d’Allah le Très Haut et du saint Coran ? Quelles conséquences pour ceux et celles qui soutiennent une telle démarche devenue satanique à partir du moment où elle contrevient à un engagement pris devant Allah Le Très Haut dans une république islamique ?
Pour y répondre, il est urgent que les oulémas et autres érudits spécialistes de la loi islamique ayant une certaine indépendance d’esprit, se saisissent de ces questions gravissimes, et émettent un avis juridique au regard de la Charia. Peut-être qu’une fatwa de dissuasion à l’intention de la Oumma islamique toute entière serait opportune et elle aurait sans doute une portée pédagogique intense, car on peut s’interroger lorsqu’un un chef d’état musulman peut impunément parjurer et continuer à gouverner dans un pays musulman en foulant au pied le Saint Coran et le nom d’Allah Le Très Haut, alors quel degré de rigueur peut-on opposer à tout autre musulman ordinaire pour le contraindre à respecter ses propres engagements ?

Abdallah OULD SIDI dit Abdallah Chinghity

Source : Mauriweb

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge