Le passé rattrape la GBM de Nouadhibou

Depuis l’affaire Ould Bouamatou, je m’interroge et j’observe attentivement les réactions et actions des uns et des autres. Aujourd’hui, je suis surpris par ces hommes qui soutiennent ould bouamatou et je constate d’énormes contradictions et incohérence.

Il y’a quelques années par exemple des jeunes diplômés engagés à la Générale Banque de Mauritanie à Nouadhibou ‘’GBM’’ ont prouvé leurs compétences, leur polyvalence, et leur esprit d’innovation, ces jeunes qui ont considéré la dite Banque comme leur maison et ont fait de leur mieux pour que la Banque soit connue et à la hauteur du nom d’une grande Banque nationale et internationale.

Ils ont donné tous ce qu’ils pouvaient pour qu’elle soit au top, en haut de l’échelle, ils étaient tous motivés et contribuaient pour donner une bonne image, ils étaient également à l’origine des plus grands succès de cette banque dans le monde des affaires et de la finance. D’ailleurs sa première année d’activité la GBM-Nouadhibou a reçu une récompense de la banque belge BELGOLAISE, ce qui a poussé l’ancien Directeur Cheikh ould Eli à demander une autonomie pour l’administration de l’Agence de Nouadhibou.

Malgré cela, ces jeunes qui sont les premiers employés ont été contraints de quitter la GBMsans percevoir leurs droits, Ils ont claqué la porte, une action de protestation à l’époque, qui était animée uniquement par une volonté d’attirer l’attention de la direction générale sur leur situation inquiétante. Ces jeunes qui ont travaillé comme des forcenés pendant des années, battant des records n’avaient qu’un forfait de 20 000 UM mensuel.Aucunes félicitations ou remerciements, aucunes primes ou compensations de leurs supérieurs pour le travail qu’ils accomplissaient.

Selon une note de Mitsubishi of Tokyo et City Bank qui sont les différents partenaires internationaux de la GBM ont particulièrement bien noté à l’époque ces jeunes pour leur aptitude. L’ancien directeur de la GBM – Nouadhibou Mr cheikh ould Eli qui a contribué lui aussi à la réussite de la dite banque avait également félicité ces jeunes pour leur efforts tout en leur promettant 19 mois de salaires. Malgré leurs maigres salaires, ils ne percevraient pratiquement que 14 mois avec un contrat de travail à la bouche.

Mais l’évènement qui a sans doute marqué ce groupe était la disparition de leur collègue Dia qui était au Service international de la GBM-nouadhibou, son décès était lié à une masse de travail démesurée et la hiérarchie de la GBM-Nouadhibou était à l’époque indifférente.Une collecte a été organisée ainsi par ces jeunes à raison de 1000 UM par personne pour collecter un montant au profit de la famille du défunt.

Aujourd’hui, OULD bouamatou n’est ni vraiment coupable ni franchement innocent, il restera comme DSK ce personnage d’un roman de Kafka qui tangue et oscille d’incertitude.Ces jeunes qui n’ont pas attiré hier des foules importantes méritent aujourd’hui justice pour les nombreux dommages subis, Ould bouamatou doit demander pardon et reconnaître sa part d’erreur.

Source :   Actualités Mauritanie

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind