Le Premier ministre Moulaye Ould Laghdaf assuré de sa reconduction dans ses fonctions

Moulayelaghdafpm

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz réélu pour un second mandat continue de nourrir le suspens sur l’identité du Chef du Gouvernement qu’il choisira pour inaugurer les premiers mois de son dernier et décisif quinquennat.

Toujours prise de suspens, l’opinion croit fortement un changement au niveau du commandement de la Primature. Ce qui n’est pas la conviction des observateurs selon lesquels, le Premier ministre sortant Dr Moulaye Ould Mohamed Laghdaf est assuré à 95% de sa reconduction dans ses fonctions.

Ces analystes, estiment que Ould Mohamed Laghdaf a réussi avec brio toutes les rudes épreuves de confiance, de probité, de pragmatisme et de technocratie auxquelles il a été soumis au cours de ces dernières, aussi bien par l’homme fort de Nouakchott que par les autres acteurs de la scène politique.

Alors, pourquoi changer un étalon assez bon, qui a tenu un rang respectable dans les compétitions politiques depuis 2008 jusqu’à ce jour par un cheval non expérimenté qui présenterait le gros risque de compromettre sérieusement ces réalisations du Président Aziz appelées à se renforcer au cours du présent mandat présidentiel par une rectification de type II pour corriger les erreurs du premier quinquennat du Chef de l’Etat.
Nommé chef du gouvernement, en août 2008, après la prise de pouvoir de celui qu’on appelait alors le général Aziz, Moulaye ould Mohamed Laghdaf est reconduit un an plus tard, après la présidentielle. Et depuis, il n’a jamais quitté la primature.

Cet ingénieur, chimiste de formation, n’a pas un passé de militant politique mais en 2005, après la chute de Maaouya ould Taya, il décide de rallier l’opposition qui a le vent en poupe. Il a même presque failli être candidat à la députation pour le compte du RFD à Néma, mais les militaires au pouvoir lui proposeront mieux – à ses yeux, – à savoir, un poste d’ambassadeur à Bruxelles. C’est là qu’il commence à travailler avec Mohamed Ould Abdel Aziz alors commandant du Basep, le bataillon de la sécurité présidentiel, et membre de la junte.

Depuis, cet homme discret a toujours rempli sa mission. « Il est loyal, c’est un bon diplomate », confie un opposant qui l’a côtoyé, avant d’ajouter « c’est aussi un très bon exécutant et c’est sans doute pour cela qu’il est reconduit aujourd’hui ».

sources: tempsforts mauritanie

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge