Le Président Balas distribue deux cartons rouge à l’UPR et à la majorité présidentielle.

arc-en-ciel Dialogue avec le peuple .

                   Communiqué Numéro 2.

Le Président Balas distribue deux cartons rouge à l’UPR et à la majorité présidentielle.

Les préparatifs du dialogue national qui pointe à l’horizon vont bon train.

C’est ainsi que, l’équipe technique constituée de hauts fonctionnaires de la présidence (Conseillers et chargés de mission) travaille d’arrache pied avec toutes les parties engagées pour le dialogue afin de procéder aux derniers réglages pour le lancement de ce grand événement d’envergure nationale.

C’est ainsi que vendredi 09 septembre, s’est tenue au Palais des Congrès, la quatrième réunion préparative, réunion au cours de laquelle l’équipe technique a présenté la synthèse du premier volet se rapportant à la thématique. Cette synthèse qui a été adoptée à l’unanimité est le fruit des contributions des différents partis prenant part au dialogue, hormis l’UPR et la Majorité présidentielle.

Le PMC, Arc-en-ciel, s’est félicité du fait que 23 des 25 points contenus dans sa contribution initiale figurent dans le document final qui compte 48 points.

A noter que cette thématique a été répartie en trois grandes rubriques à savoir: la politique électorale, les Réformes Constitutionnelles et Etat de droit et justice Sociale.

La réunion de vendredi a été l’occasion pour les participants d’échanger sur le format et le chronogramme que l’équipe technique a bien écouté et elle présentera pour adoption la synthèse de ces deux volets restants à la prochaine réunion.

A noter qu’au cours des discussions à bâtons rompus, le président du PMC arc-en-ciel a distribué deux cartons rouges à l’UPR et à la majorité présidentielle qui n’ont jusqu’à présent pas fournis leurs contributions et ce, malgré les gros moyens intellectuels, matériels et financiers, mis à leur disposition.

Pour Le président Balas, ce comportement est inadmissible et renforce les soupçons de manque de sérieux et de divergences au sein du camp de la majorité présidentielle.

Ils devraient donner le bon exemple.

Mais souligne-t-il, ils en payeront le prix car ils seront obligés de se faire remorquer-au même titre que ceux de l’opposition qui sont en train de marchander leur participation dans les coulisses, et seront du coup obligés d’adhérer à la thématique fixée sans leur contribution.

Quoiqu’il en soit, le PMC Arc-en-ciel, considère ce dialogue comme une œuvre de SALUBRITÉ PUBLIQUE et n’entend pas se laisser entrainer par le bout du nez.

S’agissant du format du dialogue, c’est à dire des participants, le président du PMC a proposé, en sus des partis politiques, d’impliquer des notables coutumiers et religieux, des syndicats, des personnalités indépendantes, des sages en somme, ainsi que des représentants de la diaspora. Là aussi le président du PMC a mis en avant un argumentaire très solide pour tenter de forcer la main aux récalcitrants. En effet pour d’aucuns, la diaspora est représentée par des élus qui parlent en son nom mais pour Le président Balas, ces respectables élus ne connaissent pas les problèmes de ces mauritaniens de l’étranger et au cours de leurs voyages, ils demeurent entre les murs de leurs luxueux hôtels ou se pavanent pour faire du tourisme. En plus, ils bénéficient de perdiem très élevés.

Donc, la diaspora ne doit être représentée que par des gens qui en sont issus et qui vont poser les vrais problèmes de cette frange de notre population qui joue le rôle de régulateur social car par son apport substantiel (transfert d’argent), elle contribue à l’équilibre des budgets familiaux et au maintien de la paix sociale.

Le leader du PMC juge également que l’implication de la société civile est nécessaire pour la bonne réussite de ce processus. Pour ce faire le président du parti préconise de faire appel aux représentants des réseaux pour régler le problème de la pléthore des ONG et Coopératives ( + de 6000 ).
Le PMC a par ailleurs proposé l’implication des citoyens militaires dans le dialogue car de son point de vue, l’armée constitue, depuis 1978, un élément incontournable du jeu politique. De ce fait, elle doit participer au dialogue pour que ses résultats puissent l’engager. Cela nous mettrait à l’abri des coups d’états et permettra à cette grande muette de mieux s’occuper de notre sécurité intérieure et l’intangibilité de nos frontières.

Cette proposition du président Balas qui a fait sursauter certains participants a été soutenue par le représentant d’un autre parti.

   Nouakchott, le 13 septembre
 Le Parti Mauritanien du Concret, Arc-en-ciel
               Section Communication

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge