Le Président de la République prononce un discours à l’occasion de la fête de l’UA

AZIZ

Le Président de la République, Président de l’Union Africaine, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a prononcé un important discours dans lequel il a rendu un hommage appuyé aux pères fondateurs de l’Organisation et exprimé ses chaleureuses félicitations et ses meilleurs voeux à toutes les filles et à tous les fils du Continent.

Il a évoqué les défis majeurs auxquels l’Afrique fait aujourd’hui face, et tracé les axes de l’action à venir pour assurer la sécurité, la paix, le progrès et le développement de l’Afrique.

Voici le texte intégral de ce discours.

Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et

de Gouvernement d’Afrique,

Mesdames et Messieurs les Citoyennes et Citoyens du Continent,

Aujourd’hui, 25 mai 2014, notre Continent, l’Afrique, célèbre le cinquante et unième anniversaire de la création de l’Organisation de l’Unité Africaine devenue l’Union Africaine. En cette heureuse circonstance, il m’est particulièrement agréable d’adresser mes chaleureuses félicitations et mes meilleurs vœux à toutes les filles et tous les fils de notre cher continent.

Je saisis cette occasion historique pour exprimer toute l’estime et la considération que nous vouons aux pères fondateurs pour l’oeuvre colossale qu’ils ont accomplie au service de l’unité et du progrès des peuples d’Afrique.

Nous leur rendons un vibrant hommage pour avoir jeté les bases d’une coopération entre nos peuples hissant notre Continent à la place qui lui sied dans le concert des nations.

Nous pouvons être fiers du bilan honorable de notre organisation continentale, un bilan qui inclut la libération du Continent des jougs de la domination coloniale et du système abject de l’Apartheid.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Notre organisation s’est attelée à traduire notre conscience partagée de notre communauté de destin pour bâtir une Afrique unie et résolument tournée vers le progrès.

Nous nous réjouissons, aujourd’hui, des acquis indéniables en matière de démocratisation sur notre continent et nous nous félicitons des efforts consentis pour la promotion et la consolidation de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance.

A cet égard, je tiens à saluer le rôle décisif de la femme africaine, qui s’est engagée résolument et avec abnégation à porter le flambeau de la lutte pour la liberté et pour la promotion des droits humains.

L’Afrique, il faut s’en féliciter, a accompli de réels progrès sur le chemin du développement durable. Le Continent enregistre des taux de croissance appréciables. Le credo de notre lutte devrait désormais être l’intégration continentale.

L’Afrique est un continent immensément riche et jeune, avec d’énormes potentialités. Cela constitue des atouts clés pour la prospérité des communautés économiques régionales de plus en plus performantes, et favorise la création d’une zone de libre échange continentale forte de plus d’un milliard de consommateurs.

L’autosuffisance alimentaire, le développement de l’agro- industrie et la lutte contre la pauvreté et la malnutrition demeurent des objectifs à parachever par notre organisation pour assurer la prospérité et la sécurité alimentaire pour nos populations.

Le thème retenu cette année par notre Sommet à savoir  » l’Année de l’Agriculture et de la Sécurité Alimentaire « , nous rappelle à quel point l’agriculture est au centre de la problématique du développement.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

La préservation des succès politiques et économiques exige la paix et la sécurité: les conflits, le terrorisme et l’insécurité transfrontalière, constituent des menaces préoccupantes pour certains de nos Etats.

Nous condamnons fermement l’enlèvement des jeunes lycéennes innocentes au Nigéria. Nous exigeons leur libération immédiate et sans conditions. Ces pratiques sont contraires aux préceptes de l’Islam, religion de tolérance et de paix.

La situation difficile au Mali, au Nigéria, en République Centrafricaine, en Somalie, au Soudan du Sud et en Libye, nous interpelle et mérite toute notre attention.

Il convient de se féliciter cependant de l’évolution positive de la situation dans la région des Grands Lacs.

Nous notons aussi, avec satisfaction, les progrès enregistrés dans la mise en place de notre architecture de paix et de sécurité, en particulier la CARIC (NDLR : Capacité Africaine de Réponse Immédiate aux Crises) ainsi que la bonne évolution du processus de Nouakchott.

L’Afrique compte sur ses partenaires pour l’aider à relever les défis du sous- développement. Une réforme du système des Nations Unies, dans le sens d’une valorisation du rôle et du poids de l’Afrique, est nécessaire.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Des efforts soutenus à travers le continent ont sensiblement amélioré les indicateurs du développement.

Des efforts supplémentaires doivent être consentis pour combattre les maladies endémiques et faire reculer le chômage et la pauvreté en particulier dans les rangs des femmes et des jeunes.

Nous devons veiller à la modernisation et à l’expansion de nos infrastructures de base, à la bonne gestion et à la valorisation de nos ressources naturelles.

Nous devons investir davantage dans l’éducation, la formation, la science, la technologie et la recherche.

Excellences,

Mesdames et Messieurs,

Enfin, je lance un vibrant appel aux filles et aux fils de l’Afrique, pour assumer leurs responsabilités, relever les défis auxquels fait face l’Afrique en vue de mettre en oeuvre notre Agenda de développement post-2015 conformément à notre Vision pour l’Afrique 2063.

Vive l’Union Africaine,

Vive la Solidarité Africaine,

Je vous remercie ».

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge