Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz blessé par balle

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a été blessé par balle samedi 13 octobre alors qu’il regagnait en voiture la capitale. D’après les autorités, une unité de l’armée aurait tiré par erreur sur la voiture du président mais ses jours ne seraient pas en danger.

A 22h, c’est à la télévision nationale que le ministre de la Communication est apparu pour donner la version officielle sur les circonstances du tir, affirmant que le président a été touché « par erreur ».

Selon le ministre, le président revenait de l’intérieur du pays vers Nouakchott dans une voiture banalisée, accompagné d’une discrète escorte. Une unité de l’armée qui opérait un point de contrôle au nord de la ville n’aurait pas identifié le convoi et aurait effectué des tirs de semonce pour le stopper, touchant le président au bras droit. « Le peuple mauritanien peut être tranquille, le président se porte bien, il est soigné à l’hôpital militaire. Il est légèrement touché, mais ses jours ne sont pas en danger » a déclaré le ministre.

Selon nos informations, les faits se seraient déroulés vers 20h, à 60 kilomètres au nord de la capitale, alors que le président revenait d’une résidence où il aime à passer le week-end. Dès 21h, plusieurs versions contradictoires circulaient en ville : tentative de coup d’état ou d’assassinat, voir attaque terroriste. « Il s’agit bien d’un accident » a confirmé dans la soirée une source sécuritaire. Avec toutefois une variante sur les circonstances : elle affirme que la garde du président aurait répliqué aux tirs de semonce et que c’est un « tir ami », provenant de son convoi, qui l’aurait touché.

A propos de cette blessure, une source médicale à l’hôpital militaire affirme que c’est à l’abdomen et non au bras que le président a été atteint. La balle aurait traversé sans toucher d’organes vitaux. Opéré, le président serait hors de danger et conscient, mais pourrait toutefois être évacué pour des soins supplémentaires, précise cette source.

Source: RFI


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind