LE PRÉSIDENT MOHAMED ABDELAZIZ: IL FAUT RENDRE À CÉSAR CE QUI APPARTIENT À CÉSAR.

 

Après avoir passé plus de trente ans au Canada, je suis revenu en Mauritanie, en 2012, mais cette fois avec l’intention de m’établir définitivement et ainsi participer, en tant soit peu, au développement de ma région: le Tiris-Zemour. Évidemment, la tête était pleine de nostalgie et de rêves.

La première chose que j’ai décidé de faire (accompagné de ma famille), c’est de parcourir le pays d’Est enTakioullah Eidda Ouest et du Nord au Sud. L’objectif était simple et à la fois complexe. D’abord se ressourcer de mon environnement originel, en rencontrant des gens simples, bien de chez-nous, accueillants et authentiquement nomades. Ensuite prendre contact avec leurs réalités et celles de leurs régions, ce qui m’a permis de mesurer concrètement cette psychose d’insécurité, source du déménagement du très célèbre rallye Paris-Dakar. Et enfin, constater par moi-même, les réalisations acquises durant les dernières années.

Inutile de dire que ce voyage a été pour moi une épreuve et à la fois une satisfaction inégalées. Pour quelqu’un qui vient d’un pays étranger, très loin et différent comme le Canada, dans lequel il est resté plusieurs décennies durant, le débat en Mauritanie est tout simplement schizophrénique.  Car, il tourne uniquement autour de la personne du Président, comme si le reste de l’État mauritanien n’existe tout simplement pas! Pour certains, le Président Mohamed Abdelaziz n’a rien fait pour la Mauritanie et gouverne ce pays selon ce que bon lui semble. Pour d’autres, en revanche, le Président est l’homme providentiel que la Mauritanie n’ait jamais connu et ceux qui s’opposent à son pouvoir, le font essentiellement à cause du fait qu’il leur a coupé l’herbe sous les pieds dans le cadre de sa lutte contre la gabegie. Devant ces positions opposées et contradictoires, il n’y a pas mieux que d’aller sur le terrain, en s’informant et en constatant par nous-mêmes et tirer nos propres conclusions. C’est que j’ai fait.

Il faut quand même se rappeler que la Mauritanie a connu plusieurs présidents successifs. Le père de la nation, feu le Président Mokhtar Ould Daddah, a fondé la Mauritanie à partir de rien. Mais en 1975 il a, selon moi, commis une tentative d’infanticide à son égard, en l’engageant dans la guerre cauchemardesque du Sahara Occidental. Feu le Président Mustapha Ould Mohamed Salek a été l’officier valeureux qui a sauvé in extrémis la Mauritanie de cette catastrophe.

Le Président Mohamed Khouna Ould Haidalla pour sa part, a libéré la Mauritanie de l’occupation marocaine (plus de 9000 soldats qui refusaient de se retirer de Ndb, Zrtt, Nktt, Bir-Oumgrein & Akjoujt). Il a aussi mis en valeur les richesses halieutiques du pays dans un moment où la Mauritanie, effondrée par la guerre, n’avait aucune autre ressource et frappée de plein fouet par une grande sécheresse. En plus, il a adopté des lois abolissant l’esclavage et mis en place l’importante réforme foncière.

Le Président Ely Ould Mohamed Vall a libéré la Mauritanie de la dictature de Ould Taya et ainsi jeté les éléments embryonnaires de la démocratie mauritanienne d’aujourd’hui: libertés d’expression, de la presse, statut de l’opposition, etc.

Le Président Mohamed Ould Abdelaziz, quant à lui, a redressé la Mauritanie et l’a mis incontestablement sur le chemin du développement durable, ce qui a permis au pays d’assoir sa crédibilité et son respect vis-à-vis de lui-même et des autres. Comme on dit: « Il faut rendre à César ce qui appartient à César« .

En effet, depuis son élection en juillet 2009, le Président Mohamed Ould Abdelaziz a lancé toutes sortes de projets, dont presque personne n’en parle ou ne lui donne le crédit à cet égard, comme si trop ce n’est pas assez. Lors du fameux « Lighaa Chaab », tenu dernièrement à Néma, un journaliste de la diaspora a eu au moins l’honnêteté d’en faire mention, notamment dans les régions du Sud. Je trouve que ce travail gigantesque mérite, de la part de chacun de nous, d’être signalé à sa juste valeur, qu’on soit du bord du Président Aziz ou non. Pour ma part, en guise de reconnaissance du travail accomplie, j’énumère ici les plus importants de ces projets, je dirais les plus visibles à vu d’œil, dont j’ai moi-même constaté l’émergence ou la mise en œuvre, lesquels projets ont été d’ailleurs largement soulignés dans le Rapport du FMI de 2013 relatif à la lutte contre la pauvreté en Mauritanie:

I-             TRANSPORT AÉRIEN:

Ø  Mise en place d’une compagnie aérienne nationale (MAE)

Ø  Acquisition de matériel de sécurité aéroportuaire, sécurisation des installations et certification de cette avancée importante pour la Mauritanie

Ø  Construction d’un aéroport international à Nouakchott

Ø  Installation d’instruments d’observation à travers le pays

Ø  Mise aux normes des Aéroports de l’Intérieur du pays, notamment Zouerate, Nema et Atar.

II-           TRANSPORT ROUTIER

Ø  Construction du périphérique de Nouakchott 

Ø  Travaux de voirie urbaine de Nouakchott et bien d’autres villes

Ø  Chantier route Fdérick-Choum

Ø  Chantier Route Atar-Tidjikja

Ø  Chantier route Kiffa-Kankossa 

Ø  Renforcement de la route Nouakchott-Rosso

Ø  Réhabilitation Route Espoir tronçon entre Kiffa-Tintane

Ø  Chantier route Aweinat Zebel-Diguenni

Ø  Chantier route Boghe-Kaedi 

Ø  Chantier route Kaédi-Mbout-Sélibaby-Gouraye

Ø  Chantier route de Nema-Bassikounou-Fassala 

III-          ÉLECTRICITÉ

Ø  Projet de centrale Duale 120 MW

Ø  Projet Grande Centrale à Gaz

Ø  Centrale PV 15 MW

Ø  Centrale éolienne 30 à 40 MW à Nouakchott

Ø  Centrale éolienne de Nouadhibou

Ø  Centrale hybride solaire de 5 MW à Kiffa

Ø  Centrale hybride (solaire, hydro, diesel) dans l’Aftout

Ø  Électrification de plusieurs villes éloignées, dont la ville de Bir-Oumgrein, jadis oubliée

IV-          INFRASTRUCTURES PORTIÈRES

Ø  Construction d’un quai à conteneurs à Nouakchott

Ø  Projet de développement du Port de Nouakchott 

Ø  Projet d’extension du Port Autonome de Nouakchott

Ø  Extension du Port de Nouadhibou

Ø  Enlèvement des épaves dans la baie de Nouadhibou

V-           ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Ø  Construction de la fac de sciences et techniques

Ø  Construction de la fac de sciences et techniques

Ø  Construction de la faculté de médecine

Ø  Construction de la faculté de lettres et des sciences humaines et la cité universitaire

Ø   Construction de la faculté des sciences juridiques et économiques et construction de la cité universitaire

Ø  Création de collèges techniques à Nouakchott, Nouadhibou, Aioun et Sélibaby

Ø  Mise en place de l’Ecole Nationale des métiers du Génie Civil d’Aleg

VI-          SANTÉ

Ø  Construction des hôpitaux régionaux de Zouerate, Kaedi et Selibaby

Ø  Centre National de cardiologie et le centre d’oncologie (Scanner)

VII-        EAU

Ø  Projet Aftout Esahli

VIII-       ÉTAT CIVIL

Ø  Recensement et mise en place d’un système d’état civil sécurisé

IX-          RÉSEAUX MOBILES ET INTERNET

Ø  Disponibilité du réseau mobile dans presque toute les wilays et moughataa

Ø  Réalisation connexion par fibre optique au réseau international au câble sous-marin

Bien sûr, il ne faut pas oublier le plus important, le plus fondamental de tous ces projets, qui fait notre fierté et nous qui donne la tranquillité d’esprit nécessaire à tous les éléments de la vie quotidienne: l’organisation, la restructuration, le renforcement et la mise à niveau de l’armée nationale et des forces de sécurité.

Ici, je dois faire une remarque, à savoir que tout au long de nos déplacements dans ce vaste pays, jamais on a été inquiété ou fait l’objet d’une quelconque mésaventure (Alhamdou Lillah). Pourtant on a beaucoup bifurqué et on s’était même offert le luxe de se perdre un peu, à cause de la défectuosité de notre GPS. Bref, qu’ils étaient à leurs postes de contrôle, en patrouille, en position d’autorité ou de simples bergers, la gentillesse, l’amabilité et la courtoisie caractérisaient, de façon horizontale, tous ces hommes et ces femmes. Merci du fond du cœur.

Je fais ce constat, car je dois le faire et le partager avec mes amis, ici et ailleurs, mes compatriotes et le Monde à travers le WEB. Loin de moi l’idée de plaire ou déplaire à quiconque. Encore moins de chercher les moyens de me faire du crédit auprès de je ne sais qui. Dieu merci, je suis autonome et je suis de ceux qui croient que seul le travail intelligent et l’initiative audacieuse sont les porteurs du génie créateur de richesse. Je crois aussi que cette culture persistante de rué vers l’État et la servitude à ses argentiers, est une tare manifestement dégradante et obsolète.

Alors, la Mauritanie va bien. Certes, elle a ses problèmes. Elle manque d’expertise nécessaire à son développement, elle manque des connaissances techniques avérées. Son élite et sa jeunesse, toujours conditionnés à l’appât du gain, manquent cruellement du sens de l’initiative et de convictions. C’est malheureusement là la raison pour laquelle on est obligé parfois, voire très souvent, de faire du neuf avec du vieux. Malgré tous ces entraves de parcours, la Mauritanie est un pays en mouvement dans lequel nous devons tous mettre notre espoir, notre foi et dépasser nos animosités politiques, en donnant le crédit à tous ceux qui lui ont fait la moindre bonne chose.

Me Takioullah Eidda, avocat

Québec, Canada

Publicité

Mauritel

Comments

  1. Mohamed Mahmoud says:

    Merci Maître pour ce témoignage vrai et dont je connais l’honnêteté de son auteur.
    Mohamed Ould Mahmoud, Montréal

Speak Your Mind