Le procès sur une escroquerie financière mobilise le public

faits_diversLes grands procès sont rares dans l’Empire Islamique des Sables (Mauritanie). La Chambre Correctionnelle du Tribunal Ouest deNouakchott présidée parAhmed Vall Ould Lezgham avait devant lui le jeudi 22 octobre dernier, un dossier qui le sortait du menu fretin. A la barre, un certainMohamed Salahdine Ould Mohamed Lemine flanqué de quatre avocats. En face de lui, une dame,Rokhiya Mint Ahmed, ses deux garçons, Mohamed Ould Ahmed et Ahmed Mahmoud Ould Ahmed et leurs deux avocats.
L’affaire avait été soumise déjà en janvier 2015 au Parquet de l’Empire Islamique des Sables du Tribunal de Nouakchott qui avait classé l’affaire sans suite. Femme d’affaires tenace, Rokhiya n’était pas de celle qui baisse les bras très vite. Elle sut qu’elle pouvait débloquer le dossier. Il suffisait qu’un juge accepte de l’ouvrir. Ce qu’elle obtiendra auprès du juge du 5ème cabinet.
Ce dernier décida de rouvrir le dossier. Le Procureur s’y opposa en faisant recours. Porté devant la Cour d’Appel puis à la Cour Suprême, le juge du 5ème cabinet remporta la manche devant le Procureur. Les deux cours lui avaient donné raison de rouvrir un dossier où subsistaient plusieurs zones d’ombre.
L’affaire fut alors soumise le 8 Octobre dernier à la Chambre Correctionnelle sous la présidence d’Ahmed Vall Ould Lezgham. Rokhiya Mint Ahmed, qui déclara avoir créé une entreprise de sous-traitance d’employés avec Taziast avait débuté avec un capital de UN Million d’UM qui se développa bientôt, atteignant par la suite 5 Millions, ainsi de suite.
Elle accusait Mohamed Salahdine de l’avoir escroquée en utilisant le nom de deux sociétés, «MAPRESS » et «QUANTIM». Rokhiya et ses enfants déclarent n’avoir trouvé les trous créés dans leur compte que plus tard. Le clash éclata entre eux et Mohamed Salahdine pour finir entre les mains de la justice.
Les avocats de Mohamed Salahdine s’évertuèrent dans leur plaidoirie de défendre leur client, soulignant que l’accusation dont il est l’objet n’est que pure affabulation, fabriquée de toute pièce. Les avocats de la partie civile prouveront le contraire. Pour sa part, le Substitut du Procureur de la République avait chargéMohamed Salahdine qu’il accusa d’escroquerie et abus de confiance.
Il demanda dans son réquisitoire qu’une peine de 5 ans lui soit infligée puis de lourdes amendes. L’affaire fut reportée à l’audience du jeudi 22 Octobre 2015.
Après avoir expédié certains dossiers de droit commun, la Chambre se retira pour délibérer. A son retour dans la salle d’audience, bondée de monde, la sentence tomba. Mohamed Salahdine fut condamné à 5 ans de prison fermes, plus 500.000 UM de frais de justice et d’amende. Il devra en plus verser 133 Millions d’UM à Rokhiya, et 66 Millions d’UM à chacun des deux garçons, Ahmed et Mohamed.
La joie était indescriptible chez la famille plaignante. Mais la famille de Mohamed Salahdine et leurs avocats ont promis de faire appel. Une longue bataille judiciaire attend encore Rokhiya et ses enfants mais elle est contente pour la première victoire judiciaire. Affaire à suivre.

Source: Abou Cissé

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge