Le PSG n’en fait pas une montagne après son élimination à Saint-Etienne (0-0, 5-3 t.a.b.)

On sait déjà que le PSG ne fera pas main basse sur tous les titres nationaux. A Saint-Etienne, les hommes de Carlo Ancelotti ont abandonné l’espoir de remporter la Coupe de la Ligue en s’inclinant aux tirs au but devant les Verts (0-0, 5-3 t.a.b.), déjà vainqueurs au Parc en championnat (1-2).

 

Passés à côté de leur sujet lors de ce premier rendez-vous, les Parisiens ont montré de bien meilleures intentions à Geoffroy-Guichard. Mais ils ne sont pas parvenus à en repartir avec la qualification en poche, faute de réalisme. « Il nous a manqué de marquer quand on a eu l’opportunité », résumait ainsi Carlo Ancelotti devant la presse.

L’entraîneur parisien n’avait pourtant pas pris ce rendez-vous à la légère en alignant une formation proche de son équipe-type, avec notamment Thiago Silva en défense, Blaise Matuidi au milieu, et le trio Ménez-Lavezzi-Ibrahimovic en attaque. « Il y a encore beaucoup de matches, tous les joueurs peuvent être utilisés », a expliqué Ancelotti pour justifier le manque de rotation de son effectif. Mais malgré son standing, la ligne offensive parisienne est restée muette, incapable de prendre le dessus sur une défense stéphanoise solide, protégée par un Stéphane Ruffier impérial. « Il y a les détails, la fatigue, les ballons qui passent à côté… Et Saint-Etienne qui est en ce moment l’équipe la plus en forme. On a contrôlé cette équipe. Mais on n’a pas marqué et c’est ça l’histoire de ce match. Aujourd’hui, rien ne m’a énervé, il n’y a rien à dire sur l’équipe », estimait cependant Leonardo, le directeur sportif du PSG, à l’issue de la rencontre.

Ancelotti : « Ce n’est pas inquiétant pour l’avenir »

A défaut d’afficher une capacité à faire la différence par le collectif, un problème constant cette saison, le PSG n’a commis aucune erreur sur le plan défensif. En revanche, il a dû compter sur des cadeaux des défenseurs des Verts pour se créer ses deux occasions les plus dangereuses, à chaque fois par Zlatan Ibrahimovic. Même si la solidité de l’ASSE, meilleure défense du championnat à égalité avec celle de Paris, n’est plus à prouver, la production offensive du PSG laisse toujours à désirer. Mais les Parisiens semblent s’en contenter. « L’équipe a été bonne, notre jeu aussi. Je n’ai rien à dire aux joueurs. Nous sommes déçus du résultat mais le comportement de l’équipe a été très bon. On a joué 120 minutes avec continuité et contrôle. C’est une performance qui nous donne de la confiance pour la suite. Il nous a manqué seulement le but. Ce n’est pas inquiétant pour l’avenir », a insisté Ancelotti.

Pour digérer cette élimination, le PSG devra se ressaisir en Ligue 1, dont il va perdre le fauteuil de leader mercredi soir à l’issue de la rencontre Marseille-Lyon. « Nous on va se reconcentrer sur notre objectif numéro un qui est le championnat. On est là en championnat, on est qualifiés en Ligue des champions ce qui était un objectif. Après, il y a des équipes qui se transcendent », remarquait ainsi Blaise Matuidi, dans un discours proche de celui de son coéquipier Mamadou Sakho. « On a encore vu ce soir que le PSG est attendu partout par des équipes à 150% », a dit le défenseur parisien, qui peut d’ores et déjà s’attendre au même type d’opposition à Nice samedi. Face à une autre équipe en forme du moment, battue seulement trois fois cette saison en L1, le PSG devra trouver ce réalisme qui lui a fait défaut à Geoffroy-Guichard. Sous peine de vivre une deuxième désillusion en une semaine, dont il peut difficilement se permettre compte tenu de son statut.

Source:Eurosport

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind