Le Rénovateur numéro 2000 : Au nom d’un combat pour une Mauritanie plurielle

CHEIKH-TIDIANE-DIA-RENOVATEUR1-300x200Depuis une décennie le Rénovateur jadis hebdomadaire s’est imposé comme un Quotidien régulier pour continuer le combat au service d’une Mauritanieplurielle où ne doit prévaloir ni héritages anachroniques ni la prééminence d’une ethnie sur une autre, ni une tribu sur une autre ni uneMauritanie sur une autre.

Où toutes les identités doivent vivre en harmonie loin de toute velléité d’exclusion ou d’hégémonie communautariste, en somme une Mauritanie sous toutes ses couleurs, ses traits historiques, ses immenses legs culturels qui offrent un visage complet d’un pays dont le destin a été façonné par un passé riche en faits glorieux.

Quelle communauté dans ce vaste territoire n’a connu ses royaumes, ses résistances coloniales, ses conquêtes et reconquêtes, ses alliances et contre-alliances, ses héros religieux, ses grands penseurs bref ses références immémoriales.

Cette Mauritanie de l’épée et de la plume, de la daba et de la liturgie pastorale est née d’une rencontre sur une terre des hommes venus de tous les horizons, décolorés par les rigueurs climatiques, et des tâches rustiques pour fonder un métissage fécond que seules les petites mémoires n’ont pas la faculté d’enraciner dans leurs souvenirs agressées qu’elles sont par des pathologies rédhibitoires.

Oui, nous avons fait nôtre ce combat poussé par le devoir et par la force de conviction. Nous assumons toutes les responsabilités de cet engagement tant que nous avons la force de l’exprimer et quelque que soit les conditions dans lesquelles nous nous situerons. Peu importe la nature du pouvoir qui nous dirige, des armées qui nous commandent. Nous avons pris sur nous cet engagement infaillible d’être au service des causes justes celles qui n’ont pas les effectifs suffisants pour triompher face à la puissance des adversités destructrices qui ne reculent devant rien pour monopoliser et instrumentaliser les luttes factices et imposer leurs forces maléfiques sur la volonté de ceux qui cherchent à sauver la Mauritanie du déluge de la haine trainé par le fiacre de la barbarie.

N’en déplaise à ceux qui rechignent à la moindre idée de rassembler ce pays fragmenté par les mauvais démons de la division et des surenchères sociales et politiquement insoutenables. Nous n’avons pas besoin de la bénédiction d’un calife de l’ombre pour nous armer de courage moins d’un prince fortuné pour baisser la vigilance. Seule notre détermination à traverser les profondeurs des mares à caïmans révélera la grandeur de notre combat pour une Mauritanie de tous les défis qu’il faut tous les jours relever. Sans prétention aveugle. Puisse ce deux millième numéro 2000 portant les stigmates de nos peines et patiences, lâcher dans les hauteurs des espérances cette colombe très loin, vers le ciel de la Mauritanie arc-en-ciel…

Cheikh Tidiane Dia

Rénovateur 2000

« Aujourd’hui commence demain !

Au moment ou la presse nationale, et même internationale traverse une situation difficile, voilà un journal qui sort du lot. Notre confrère  » le rénovateur  » rénove avec son Numéro 2000. Quel gageur diront certaines personnes, mais, ce n’est pas connaître le DP de ce quotidien ? Ce jeune homme a toujours su faire face et à relever les défis au quotidien!.

Quel est son secret? Le travail et la rigueur sont les maitres mots du DP. Chef d’orchestre, tenant sa baguette en main, il a su avec son équipe, et ce dans un contexte morose arrimer son quotidien parmi les meilleurs de ce pays. Ainsi malgré les vicissitudes, et certains aléas qui affectent et continuent d’affecter le secteur, le rénovateur quotidien tient bon.

C’est pourquoi nous souhaitons à son DP et à son équipe beaucoup de succès et persévérance. Comme je l’écrivais pour un autre confrère, pour Le rénovateur quotidien, « Aujourd’hui commence demain !

Sy Mamoudou, Directeur de publication de l’Eveil hebdo

Témoignages sur le Rénovateur 2000
———– Bravo pour les 2000 bougies !

Avec cette deux millième édition, vous entrez dans le club très fermé des journaux mauritaniens privés – au nombre de trois à présent- qui ont bouclé leurs 2000 éditions ! Bravo !

Avec ce chiffre rond et beau, le Rénovateur éclaire de ses 2000 bougies, le paysage médiatique mauritanien. 2000 fois, ce journal a procuré du réconfort ; 2000 fois, il a choqué ; 2000 fois, il a été au vitriole contre un (dé)sordre ; 2000 fois, il a chauffé l’encre pour se dresser contre l’injustice, le sectarisme, le racisme, le clanisme, la marginalisation et l’appauvrissement structuré et contrôlé du peuple pour étouffer ses aspirations à la liberté, à l’égalité et au droit.

S’étant imposé dans le pays contre vents et marées, jamais, le Rénovateur ne s’est privé d’écrire, dans des termes crus et parfois provocateurs contre la réalité combien triste et amère des damnés de ce pays. Ce journal, nous l’avons d’emblée adopté. Non pas seulement parce qu’il se veut un pied de nez contre les puissants et les forts, mais aussi et surtout parce qu’il puise ses thématiques de la réalité au jour le jour, loin des discours creux et des promesses imbéciles, loin aussi des contraintes classiques d’un journaleux en Mauritanie. Il est certain, qu’en partage avec quelques rares journaux, le Rénovateur a pu tenir une promesse pas facile à respecter : paraître avec une certaine régularité ; paraître sans verser dans la manie du tract ; mais paraître aussi sans user et abuser de la flagornerie ! Merci aussi pour cette singularité. Merci surtout pour mon ami Cheikh Tidjane Dia, pour la pierre qu’il a apportée dans l’édifice d’une presse indépendante et libre dans notre pays. Un très gros merci pour cet homme modeste mais d’une grande culture, courtois et d’une immense hauteur d’esprit.

Oumar El Moctar

Directeur du quotidien L’Authentique

Témoignage à l’occasion du numéro 2000 du Journal le Rénovateur
Dans un contexte qui oblige la presse écrite à rester squelettique tant du point de vue de la forme que du fonds, certains journaux parviennent, grâce aux efforts de leur équipe, à se distinguer. Parmi eux, Le Rénovateur que je lis pratiquement tous les jours depuis plusieurs années, et même avant lorsqu’il était encore hebdomadaire. J’ai personnellement tenu à ce que toutes les institutions dans lesquelles je passe, l’on s’abonne au Rénovateur.

Je trouve d’abord que c’est un journal typiquement mauritanien, reflétant la diversité culturelle et politique du pays. Loin de tout extrémisme ou parti pris, ses analyses sont toujours pertinentes et pondérées. Les articles sont bien écrits et lisibles.

La ‘’loupe du Rénovateur’’ est une pure délectation pour déchiffrer certaines actualités.

Aussi, je profite de l’édition du numéro 2000 du Rénovateur pour féliciter toute l’équipe du Journal et à sa tête notre frère et ami, l’infatigable et professionnel Cheikh Tidiane Dia ainsi que toute son équipe qui se sacrifie tous les jours pour que les lecteurs puissent lire leur journal quotidien avec le maximum de qualité et d’informations.

Bravo et bonne continuation.

Cheikhna Haidara

Président de l’ONG ATED

10ème bougie du Rénovateur Quotidien.

2.000 numéros. 10 ans ! Quand je me rappelle que je suis entré au Rénovateur peu après qu’il se soit transformé en quotidien, après avoir été hebdomadaire, je me dis que le temps passe bien vite. D’abord, j’étais le correcteur attitré, à la recherche de la moindre coquille et des incorrections. C’était en 2007. Ensuite, j’ai rejoint la rédaction, comme rédacteur puis rédacteur en chef. Mon parcours au Rénovateur est en dents de scie, à l’image de ma carrière journalistique, une vie de bohème, saisonnière.

A la bouche de Cheikh Tidiane (le directeur de publication) cela sonne presque comme un compliment, lui rétorqué-je. Et nous en rions à gorge déployée. C’est dire la place du Rénovateur Quotidien et la relation qui me lie avec son directeur. Même lorsque je trimais dur sur les quais du port commercial de Nouadhibou comme responsable de logistique ou en tant que cadre comptable dans quelque société privée de la place, c’est Le Rénovateur Quotidien que j’achetais. Toujours. La première rubrique que je lis, c’est d’abord La Loupe (l’édito de Dia). Une « loupe » au prisme – du reste si réaliste – de laquelle il me plaît à aborder la scène politique, économique, sociale et culturelle mauritanienne. Une loupe au style limpide, sobre, sans fioritures, ni complaisance.

10 années ont passé. Que de temps, que de pages écrites, que d’énergie, que de sueur, que d’efforts, que de sacrifices, il a fallu pour… exister. Car, paraître est un véritable défi pour un journal mauritanien. Un journal entouré de tant d’ennemis : le Net.

La pléthore des sites électroniques est un véritable danger. Car, ils sont navrants : manque de rigueur, absence de style, superficialité et cupidité. La rumeur y tient lieu de sujet favori, et l’intox d’info. La diffamation, les règlements de comptes y sont fréquents. Chaque tribu, chaque clan, chaque communauté, chaque sensibilité, chaque région a « son site ». Pour bouter un caïman hors du marigot, s’attirer la grâce des grands ou orienter ses foudres sur tel personnage de la cour du prince. Autrement dit le degré zéro du journalisme.

Il y bien sûr le manque de moyens. L’éternel défi, qui en a découragé plus d’un. Que de titres, de beaux titres disparus. Faute de moyens. Le nerf de la guerre pour qui veut lever une armée. Contre la désinformation, l’illettrisme, le sous-développement. Mais surtout, des hommes. Stendhal disait : « le style, c’est l’homme ». Heureusement, sur ce plan-là, rien à craindre, chers lecteurs, Le Rénovateur, c’est avant un style, des hommes, des femmes. Longue vie à nos lecteurs, longue vie au Rénovateur, comme à son équipe.

Mohamed Yahya ould Abdel Wedoud

Rédacteur en Chef du Rénovateur Quotidien

Source : Le Rénovateur Quotidien

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge