Le représentant des commerçants revient sur un accord qui allait résoudre la crise au Port

Syndicat Professionnel des Dockers

Le représentant des commerçants revient sur un accord qui allait résoudre la crise au Port

docker Le Port de l’Amitié (qui porte très mal son nom et qui aurait dû s’appeler le Port de l’Esclavage) connaît une crise aiguë depuis un mois et demi. Les Dockers de ce port, organisés au sein du Syndicat Professionnel des Dockers, avaient décidé de ne plus travailler pour la société TRECOM . La cause de cette grève est que la famille Ghadda, propriétaire de cette société qui truste plus de 70% des importations de produits alimentaires de l’Etat, avait refusé d’appliquer l’accord négocié sous l’égide de l’Etat, au mois d’avril de l’an dernier, entre les commerçants et les Dockers  et qui prévoyait un certain nombre d’améliorations concernant les conditions de travail des manutentionnaires. Monsieur Sidi Mohamed Ould Ghadda, homme fort du Port, ne s’est pas senti concerné par cet accord et a mis en place un système de transport par containers (sortie TC) dont le but est d’éviter d’avoir recours aux Dockers.

                Ainsi, il y a de cela deux mois, quand TRECOM avait fait rentrer au port deux bateaux à décharger, les Dockers avaient-ils posé comme condition préalable à leur traitement que Monsieur Ghadda renonce à l’utilisation de containers. Mais l’homme-Etat qu’est devenu Monsieur Sidi Mohamed Ould Ghadda n’avait même pas daigné accepter d’ouvrir des négociations avec les travailleurs. Devant cette situation de blocage, et au lieu d’inciter les parties à se mettre autour d’une table et  négocier, l’Etat s’est évertué à exercer des pressions inacceptables sur les Dockers, à les intimider et à essayer de les diviser. Mais ce fut en vain car le Syndicat Professionnel des Dockers a refusé de se laisser entraîner dans cette voie et de se laisser enfermer dans une grève générale alors que seule la société TRECOM était en cause.

                Depuis une semaine et sur incitation de l’Etat représenté par le Secrétaire Général du Ministère de l’Equipement et du Transport Mr Mohamedou Diagana Youssouf, le Syndicat est entré en négociation  avec les commerçants que représente Monsieur Chemad Ould Ely. Ces négociations ont débouché sur un nouvel accord selon lequel les Dockers suspendaient  80% de leurs revendications pendant 45 jours. Mais quelle ne fut la surprise des négociateurs quand, à la fin des discussions, le représentant des commerçants recevait un appel téléphonique à la suite duquel il déclara renoncer à signer l’accord et annonça la fin des négociations ramenant tout le monde à la case départ !

                Le Syndicat Professionnel des Dockers, tout en prenant à témoin l’opinion publique nationale et internationale sur sa disponibilité à se contenter du minimum qui garantisse les droits de ses adhérents dans l’intérêt du pays et de ses habitants, déclare:

                1- ses regrets devant l’entêtement de Monsieur Sidi Mohamed Ould Ghadda, propriétaire de TRECOM, et son obstination à humilier des milliers de Dockers et à affamer leur famille en s’attaquant à leur seule source de revenus que constitue le déchargement des marchandises au Port;

                2- sa disponibilité à travailler avec l’ensemble des sociétés du Port à l’exception de TRECOM tant que cette dernière n’est pas arrivée à un accord avec les Dockers qui respecte la dignité de ces derniers et limite l’usage du transport  ( sortie TC) par containers dont seuls bénéficient les étrangers.

Le Bureau  syndical                                                                                         Nouakchott le 19 février 2014

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge