Le scrutin du 1er tour de la présidentielle malienne s’est déroulé sans incident

Election mali

Les Maliens sont allés aux urnes ce dimanche 28 juillet pour élire un nouveau président de la République consacrant ainsi le retour de la démocratie après un an de crise politique consécutive au coup d’Etat perpétré le 22 mars 2012 par le capitaine Amadou Haya Sanago contre ATT. Près de 7 millions d’électeurs sont allés choisir entre 27 candidats qui briguent la magistrature suprême du Mali. Le taux de participation tournerait autour de 40% comme d’habitude. D’après les premiers résultats et les premières tendances qui se dégagent provisoirement, l’ancien ministre des affaires étrangères, Ibrahima Babacar Keita alias IBK se positionne en tête, suivi par l’ancien président de l’UMEOA, Souaila Cissé. Le scrutin contrairement à ce que pensaient certains, s’était déroulé dans un climat serein.

En attendant les résultats provisoires et officiels qui tomberont vendredi, les premières tendances donnent IBK toujours favori. Les premiers bureaux de vote qui ont publié leurs résultats lui donnent un avantage sur ses conquérants. Dans tous les cas, tout se jouera entre IBK et Soumaila Cissé en cas de deuxième tour prévu le 11 août prochain. Mais si les résultats largement en faveur de Keita se confirment, il risque de remporter l’élection dès le premier tour. Mais, prudence, tout peut arriver entre temps même si vraisemblablement l’ancien ministre des affaires étrangères est déjà proclamé par ses militants vainqueur de la présidentielle.

L’essentiel, c’est que le scrutin s’est déroulé sans heurts, ni contestations majeures. Les observateurs ont constaté « une grande mobilisation des électeurs » notamment dans le Sud qui regroupe environ 90% des quelques 6,9 millions d’électeurs régulièrement inscrits sur les listes électorales.

Au nord, le scrutin s’est déroulé dans le calme mais sous haute surveillance des casques bleus de l’ONU, de la Minusma, des forces maliennes et des 3.200 soldats français encore au Mali. Les craintes selon lesquelles, des groupes islamistes, le MUJAO alliés directs d’AQMI et le MNLA pourraient saboter le scrutin, avec des menaces proférés dès samedi de « frapper les bureaux de vote et tenter de dissuader les musulmans maliens de prendre part au scrutin » se sont révélées être des rumeurs.

En Mauritanie également, le vote s’est déroulé dans le calme selon le constat de nos reporters sur le terrain et des échos parvenus de l’intérieur. Les autorités mauritaniennes ont pris des dispositions sécuritaires pour le bon déroulement des opérations de vote partout où les Maliens doivent voter. Jusque tard dans la soirée, nous n’avons pu obtenir des résultats provisoires non officiels. La commission de recensement des votes installée à l’ambassade du Mali à Nouakchott, n’ayant pas terminé ses travaux.

RIMWEB

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind