Le Sénégal accélère la procédure du jugement de l’ancien président tchadien : L’audition de Hissène Habré annoncée en début décembre

Le Sénégal s’achemine vers la tenue du procès de l’ancien président tchadien, devant le Tribunal spécial créé à cet effet. Une délégation du Sénégal à Genève, dans le cadre de la présentation du rapport sur la torture a en effet, révélé que Hissène Habré sera auditionné par un magistrat instructeur, en début décembre.

Aminata Touré, ministre de la Justice, était formelle : «Il n’y a plus d’obstacles à la tenue du procès (de Hissène Habré). Nous nous acheminons résolument vers la tenue du procès tant attendu. Nous allons commencer le recrutement des magistrats.» C’est en marge de la signature d’un accord entre le Sénégal et l’Union africaine pour le jugement de l’ancien président du Tchad en août dernier, que le Garde des Sceaux avait donné ces assurances. En l’espace de deux mois, le Sénégal s’est en effet, attelé à recruter des magistrats pour le Tribunal spécial créé pour faire la lumière sur les crimes internationaux, commis au Tchad durant la période allant du 7 juin 1982 au 1er décembre 1990.
Le Sénégal, par la voix de son ministre de la Justice indiquait : «C’est un long parcours me­nant à une étape décisive, à un procès équitable et qui nous permet de montrer que nous sommes capables de respecter les dispositions du traité de Rome contre la torture que nous avons signé.» La voie est aujourd’hui plus que balisée dans la mesure où l’ancien dictateur tchadien, réfugié au Séné­gal, depuis le début des années 1990, va se soumettre à l’interrogatoire d’un magistrat instructeur, dès le mois de décembre prochain.
La révélation émane de la délégation du Sénégal à Genève (Suis­se) dans le cadre de la présentation du rapport du pays sur la torture. Le Sénégal a donné des assurances fermes au Comité international contre la torture, qui a même réitéré le souhait de la Belgique de faire extrader le «réfugié» à Bruxelles. Une requête qui n’est plus d’actualité au regard des engagements du Sénégal à organiser le procès au Sénégal, donc en terre africaine.

Source : Dakaractu


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind