L’échec d’administration pousse les citoyens à manifester devant les grilles de la présidence.

Le sentiment d’insatisfaction et de désespoir des citoyens mauritaniens de la capitale et de l’intérieur du pays de se trouver devant des services publics peu attentifs à leurs doléances conduit jour après jour des groupes de mécontents de tout bord à prendre d’assaut les accès du palais présidentiel, dans l’espoir d’attirer l’attention du président de la république sur leur dur calvaire devenu insupportable au point qu’ils ne leurs restent comme ultime chance de s’en sortir de cette merdre que de montrer au sommet de la pyramide Etat leurs souffrances.

En effet, les services étatiques semblent n’accorder aucun intérêt aux nombreuses préoccupations et aux problèmes de la vie quotidienne de leurs citoyens dont les effectifs de protestation augmentent devant la grille du palais ocre pour revendiquer l’équité dans la distribution des terrains, pour bénéficier de réseaux d’alimentation en eau potable, pour avoir des emplois sinon des droits incontestables parfois confisqués avec la grande bénédiction de cette même administration.

Une mobilisation devant le palais présidentiel qui exprime clairement que les services gouvernementaux concernés ne sont pas en mesure de jouer pleinement leur rôle, d’où l’urgence de trouver une solution à cette situation en mettant les hommes qu’il faut aux place qu’il faut pour aider l’Etat à avancer dans ses chantiers de développement et de réformes.

Ceci est d’autant plus vrai que le phénomène a pris de l’ampleur ces derniers temps, s’étendant à la Primature et aux deux chambres du Parlement, atteignant des proportions inquiétantes qu’il est du devoir des autorités d’œuvrer par tous les moyens citoyens à limiter en prenant le mal par la racine et en s’employant à satisfaire les besoins légitimes des populations, surtout que ces attentes n’ont pas des dessous politiques, mais plutôt l’expression d’abus flagrants de l’administration publique.

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind