L’éditorial de La Nouvelle Expression : le système, une fin imminente ?

La peur a changé de camp. Hier meurtrie, chassée, asservie et résignée, une grande partie de Mauritaniens  semble être décidée de dire non. Non à leur sort, un sort peu enviable de miséreux et de citoyens de seconde zone. La délivrance de la Mauritanie du garrot du népotisme et de Camara saydi moussal’improvisation de la gestion de son destin devient un chantier citoyen. La marque de l’engagement des assujettis  d’hier pour une Mauritanie juste se matérialise de jour en jour. Dans la dignité et l’honneur, des Mauritaniens s’engagent à requinquer l’image du pays, une nouvelle image qui passe nécessairement par l’écroulement total du système de ces dernières années.

Les collaborateurs « génétiques »  de ce système en Mauritanie perdent leur sérénité dans les débats pour l’avenir de la Mauritanie, le débat de ce qu’on veut faire de la Mauritanie. Ils cherchent leurs arguments dans la poubelle et la bassesse de l’argumentaire, dans l’insulte et  dans l’intimidation d’un peuple déjà assommé.  Ils semblent comprendre maintenant que la Mauritanie tant triturée, dépouillée, depuis des décennies, prend conscience. Et cela leur fait peur.

Une alerte pour la prise en charge d’un destin bafoué. Le destin de la Mauritanie originelle.

Cette Mauritanie qui ne s’identifie pas à la couleur, ni à la race, ni à la région. Cette Mauritanie non tribale, ni communautaire et loin de tout irrédentisme ethnique pour la gestion des affaires du pays. Cette Mauritanie-là, à laquelle notre peuple aspire et que d’aucuns pensent impossible, peut nous surprendre positivement. Pour preuve, les tenants de la Mauritanie de la honte deviennent de plus en plus frileux, voire vacillants et chancelants.

Le pouvoir qui a annihilé l’espoir du peuple, le pourvoir qui a clochardisé les citoyens, ce pouvoir-là va vers sa chute. La chute, imminente, inéluctable, sera brute. Les prémices sont visibles, et ces prémices-là ne mentent guère.

Le système s’est usé parce qu’il a trop abusé de la Mauritanie. A la moindre objection, ses défenseurs s’agitent et s’énervent comme des tigres en papiers qui finissent toujours par être emportés par le vent, un petit vent. Ces gens, qui n’ont  pour la Mauritanie, pour le peuple mauritanien que l’arrogance de leurs biens bâtis sur le faux, sont plus que jamais interpelés. Et ils le savent plus que quiconque que, s’ils ne prennent garde, le réveil pourrait être très agité. Ils seront surpris par l’ouragan de la belle Mauritanie mais surtout la Mauritanie humaine jalouse de la quiétude et la cohésion des peuples des pays d’à -côté.

La fin  de leurs turpitudes  contre la cohésion et l’épanouissement de la Mauritanie est proche, la renaissance d’une vraie Mauritanie.

La Mauritanie du peuple assoiffé d’unité et de compréhension mutuelle. Le Maure, le Peul, le Wolof, le Bambara, le Haratine et le Soninké se parleront ; parleront de la Mauritanie. Cette Mauritanie non raciale, ni tribale, celle-là va se concrétiser.

Les menteurs, les tricheurs,  les voleurs et les hypocrites qui ont sévi n’auront qu’un choix, un seul choix : se repentir et rejoindre le rang…

Il y a longtemps que la peur a changé de camp car cette Mauritanie de honte ne peut et ne doit continuellement perdurer.

Le peuple a trop souffert de la corruption de ses valeurs qui a installé dangereusement la Mauritanie dans un labyrinthe voulu par certains de ses hommes d’affaires véreux, une certaine classe politique corrompue et aveugle et des Généraux ennemis d’un Etat-nation résolument tourné vers un avenir meilleur ; un avenir fait d’égalité et de justice entre et pour tous les citoyens.

Source : Nouvelle Expression

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind