Les autorités burundaises affirment avoir arrêté un «espion» rwandais

BURUNDIEAu Burundi, la police dit avoir arrêté un « espion » rwandais. Les services de sécurité burundais l’ont exhibé devant la presse ce samedi après-midi. L’homme aurait été arrêté lundi 7 mars sur la colline de Rushenya, dans le nord-est du Burundi, à la frontière avec le Rwanda. Les forces de sécurité burundaises affirment que l’homme qu’elles ont arrêté est un militaire rwandais envoyé pour déstabiliser le pays.

L’homme en survêtement rouge et polo blanc est présenté dans l’enceinte du Service national de renseignement du Burundi (SNR), sans menottes et sans signe apparent de sévices. Devant la presse, le porte-parole de la police décline son identité, son numéro de matricule militaire, et assure qu’il s’agit d’un espion rwandais.

L’objectif de sa venue dans le pays, selon les forces de sécurité, était de demander l’aide de religieuses de la province de Muyinga pour cacher 200 combattants, qui devaient mener des attaques dans le pays. L’homme a finalement été arrêté par la police.

→ A (re)lire : Burundi: manifestations pour protester contre «l’agression» du Rwanda

Agé d’une trentaine d’années, le militaire rwandais présumé n’en était apparemment pas à sa première infiltration au Burundi. Toujours selon la police, il serait venu à deux reprises en 2015. Une première fois pour tenter d’exfiltrer des putschistes après la tentative ratée de coup d’Etat en mai 2015. Une deuxième fois pour recueillir des informations dans le but de commettre « des attentats contre de hautes personnalités burundaises ».

Ce samedi, alors qu’il était exhibé dans la cour du SNR, un service de renseignements régulièrement accusé de tortures et d’exécutions extrajudiciaires, l’homme a lui-même reconnu être entré au Burundi pour une mission d’espionnage.

Source: RFI

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge