Les aveux de la députée Aïda Gaye : «J’étais vendeuse de glace, aujourd’hui, je prends les charrettes»

la députée Aïda GayeOn la voit très souvent faire ses courses à pied ou monter à bord de charrettes à travers les coins et recoins de la ville sainte mouride. Même pour venir assister aux réunions de son parti, elle n’hésite pas à affronter les bousculades devant les minibus « Tata ». L’ex-parlementaire libérale de Touba ne semble pas rouler sur l’or malgré son mandat de député lors de la dernière législature. Loin de nier, elle confirme lors d’un entretien avec la presse sur une radio locale de Mbacké. Réagissant par rapport à cette interpellation ayant trait à cette facette de sa vie, Aïda Gaye se limite à dire que le manteau de député est juste à mettre sur la tête et à enlever forcément dès la tombée de la nuit.

« J’étais vendeuse de glaces. Je parcourais les rues pour écouler ma marchandise avant d’être députée. Je n’avais aucun salaire à la fin du mois. Même pas mille francs Cfa, je dis. Les Sénégalais ont, par la suite décidé de m’envoyer à l’Assemblée nationale et ce sont eux qui me disent que je les ai dignement représentés. Ils ont ensuite décidé de me retirer ce manteau. Dois-je me morfondre dans la tristesse ou dans l’affolement ou rester cloîtrée chez moi ? Non je ne le ferais pas. Le véhicule que j’avais en tant que parlementaire est de mauvais état et sa réparation nécessite que je dégage beaucoup d’argent. Et pis encore, le carburant coûte excessivement cher. Je préfère attendre d’avoir une petite somme pour me payer un petit véhicule qui ne consomme pas trop ». L’ex-parlementaire de signaler qu’elle s’est transformée aujourd’hui en couturière pour gagner sa vie. Pour elle, les Sénégalais ont vivement regretté le changement de régime.

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge