Les chauffeurs de taxi doublent le tarif

Après ses derniers jours de pluies répétitives, Nouakchott patauge dans les eaux. Les grandes avenues et artères de la ville sont bloquées. La circulation devient difficile pour les passagers ainsi que les hommes au volant. Du coup les chauffeurs de taxi doublent le prix du transport. Circuler dans la capitale administrative est devenu très difficile pour les usagers de la route. Par conséquent profitant cette situation, les transporteurs augmentent le cout du transport.

Aux alentours du carrefour BMD vers 19 heures, les clients nerveux attendent avec impatience l’arrivé d’un taxi. Le ciel très nuageux, le ciel gronde. Les bus se rarifient.Les passagers s’inquiètent. Une fois qu’un taxi se présente devant la clientèle, c’est la ruée. Certains n’hésitent pas se jeter sur les chaises de la voiture sans marchander avec le chauffeur. D’autres redescendent surpris du tarif que leur offre le taximan.  » Haye mawou saleh  » (ça ce n’est pas bien en langue maure) peste certains quelques passagers de Dar Naim obligé de payer 300 à 400 Um. Alors que d’habitude le prix normal est de 100 Um. Dans une fois dans le taxi, la discussion devient houleuse.  » C’est ma voiture, je fais ce que je veux. Le prix c’est prendre ou à laisser je ne force personne  » articule le taximan.  » Personnellement je suis contre ce manque scrupule de la part des chauffeurs quand Nouakchott est bloquée par les eaux. Il profite des clients et ça c’est du ribat  » martèle MBarek dont les habits froissés pendant la bousculade aux alentours du carrefour pour avoir un taxi.

A la hauteur du carrefour de l’aéroport, un des clients descend et un autre s’approche du véhicule pour indiquer au taximan sa destination au carrefour HAY SAKEM. Le chauffeur lui répond que c’est à 200 Um. Le client intrigué, claque la porte et attend un autre taxi.les regards portés vers le taximan qui formule  » c’est ton affaire « . « le gouvernement escroque le peuple à travers la hausse des carburants, et nous nous profitons de la pluie pour pouvoir payer le gasoil  »

Cheikh Oumar NDiaye.

Source : lauthentique


Publicité

Mauritel

Speak Your Mind