Les déclarations d’Obama et Romney sur la politique étrangère

Barack Obama et Mitt Romney, au cours de leur dernier débat télévisé, le 22 octobre 2012 à Boca Raton, en Floride.
Voici les principales déclarations du dernier débat qui a opposé lundi soir le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney et son adversaire démocrate, le président sortant Barack Obama, à Boca Raton, en Floride (sud-est).


SYRIE

Obama : »Nous avons organisé la communauté internationale, en disant qu’Assad doit partir. Nous avons mis en place des sanctions contre son gouvernement. Nous nous sommes assurés qu’il soit isolé. Nous avons apporté de l’aide humanitaire et nous aidons l’opposition à s’organiser et nous sommes particulièrement vigilants sur la mobilisation des forces modérées au sein de la Syrie ».

Romney:  » Le bon chemin à prendre pour nous est de travailler avec nos partenaires et nos propres ressources pour identifier les parties responsables en Syrie, les organiser et les amener à former ensemble un gouvernement –une sorte de gouvernement– et si ce n’est pas un gouvernement, une sorte de conseil qui puisse diriger la Syrie. Et il faut s’assurer qu’ils aient des armes pour se défendre. Il faudra s’assurer que ces armes n’arrivent pas entre les mauvaise mains. Car ces armes pourraient être utilisées contre nous un jour. »

ARMEE AMERICAINE

Obama: « Je pense que le gouverneur Romney n’a pas passé assez de temps à observer le fonctionnement de notre armée. Vous avez parlé de la Marine, par exemple, et du fait que nous avions moins de navires qu’en 1916. Eh bien gouverneur nous avons également moins de chevaux et de baillonnettes parce que la nature de notre armée a changé. Nous avons maintenant ce que l’on appelle des portes-avions, sur lesquels les avions atterrissent. Nous avons ces bateaux qui vont sous l’eau, les sous-marins nucléaires. »

Romney : « Nous devons renforcer notre armée sur le long terme. Nous ne savons pas ce que le monde nous réserve à l’avenir. Les décisions que nous prenons aujourd’hui, nous ne savons pas quelles conséquences elles auront. Dans les débats de l’an 2000 il n’y avait aucune référence au terrorisme, par exemple. Et un an après, le 11-Septembre a eu lieu. Donc nous devons prendre des décisions avec une certaine incertitude, ce qui veut dire renforcer notre armée. Je ne réduirai pas le budget de la défense. »

MOYEN-ORIENT

Obama : « Nous devons mener un leadership ferme dans le Moyen-Orient, sans être imprudents ou irrespectueux comme c’est le cas partout dans cette région. Et malheureusement c’est ce genre d’opinions que vous avez exprimé tout au long de la campagne et ça n’est pas la solution pour avoir une Amérique forte ou pour garder l’Amérique en sécurité sur le long terme. »

Romney : « Avec le Printemps arabe, on a vu naître l’espoir d’un changement vers une plus grande modération, et une plus grande opportunité pour les femmes de pouvoir participer à la vie publique et à la vie économique dans la région. Mais au lieu de ça, nous avons vu plusieurs événements inquiétants se dérouler nation après nation.

IRAN

Obama: « Notre but est d’amener l’Iran à reconnaître la nécessité d’abandonner son programme nucléaire et de respecter les résolutions mises en place par les Nations unies. Parce qu’ils ont la possiblité de revenir au sein de la communauté des nations, et nous les y invitons. (…) Nous espérons que les dirigeants prendront les bonnes décisions, mais le seul compromis possible est d’accepter de mettre fin au programme nucléaire. C’est très simple. »

Romney: « Au sujet de l’Iran et de la menace iranienne, il ne fait aucun doute qu’un Iran doté de l’arme nucléaire est inacceptable pour l’Amérique. Cela représente une menace non seulement pour nos amis mais également pour nous, cette arme pourrait être utilisée contre nous ou pour nous menacer. »

LES ETATS-UNIS DANS LE MONDE

Obama : « Gouverneur, sur un grand nombre de sujets, que ce soit le Moyen-Orient, que ce soit l’Afghanistan, l’Irak ou désormais l’Iran, vous allez dans tous les sens. »

Romney : »Je regarde dans le monde et je ne vois pas notre influence grandir dans le monde. J’ai vu notre influence se réduire, en partie à cause de l’échec du président à rétablir l’économie chez nous ; en partie à cause du recul de l’engagement militaire par rapport à ce qu’il était auparavant ; en partie à cause des troubles avec Israël. »

ISRAEL

Obama : « Premièrement, Israël est un vrai ami. C’est notre plus grand allié dans la région. Et si Israël est attaqué, l’Amérique la soutiendra. J’ai été clair là-dessus durant mon mandat. »

Romney : « Eh bien, premièrement, je tiens à confirmer ce qu’a dit le président, à savoir que si je suis président des Etats-Unis, quand je serai président des Etats-Unis, nous soutiendrons Israël. Et si Israël est attaqué, nous serons derrière eux, pas seulement diplomatiquement ou culturellement mais militairement. »

Source:Atlasinfo

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind