Les deux amoureux sont en prison

AMOUREUX RIMWEB.NETTeslem et Yarg s’aiment de tout leur cœur. Ils sont tous les deux majeurs et ont dépassé la vingtaine. Les parents de Yarg avaient demandé la main de Teslem, une Métisse mauresque. Ses parents refusèrent catégoriquement. Pour mettre un terme à cette idylle hors norme dans une société où les barrières sociales sont encore fortes, Teslem fut envoyée à Nouakchott chez des proches.

Ayant appris la nouvelle, Yarg débarque aussi à Nouakchott et parvient à dénicher Teslem. Les deux amoureux reprirent alors leur idylle. Mais subitement, la jeune fille disparut pendant trois jours. Sa famille restée au village l’apprit.

Ils demandèrent alors à la famille qui avait en charge la jeune fille Teslem à Nouakchott de déposer une plainte contre Yarg, soupçonnant d’office qu’elle doit être avec lui. Une plainte fut alors déposée au CSPJ. Didi et ses hommes n’eurent aucun mal à dénicher les tourtereaux. La fille se trouvait en effet depuis ces trois jours dans la chambre de Yarg.

Ils furent embarqués à la police puis déferrés mercredi 2 Octobre dernier devant le Parquet de la République. Teslem était drapée dans un voile multicolore tirant fortement sur le vert-jaune. Elle est d’une beauté à couper le souffle.

A quelques mètres d’elle, Yarg, un jeune homme élancé drapé dans un boubou blanc. Ils attendaient dans le couloir attendant au bureau du Procureur de la République. Les deux familles, celle de Yarg et celle de Teslem étaient présentes. L’atmosphère était à trancher au couteau. Les deux amoureux s’échangeaient des regards furtifs, comme s’ils étaient conscients qu’ils allaient payer le prix de leur amour et étaient prêts à l’assumer jusqu’au bout.

Après avoir été entendus par le Procureur, ils furent interrogés par le juge d’instruction du 5ème cabinet qui les inculpa du crime de «Zina » ou adultère. Teslem fut conduite à la prison des femmes de Sebkha et Yarg à la prison de Dar Naïm.

Selon un proche de la fille, «Nous aimerions bien que Teslem soit mariée, car c’est le destin de toute femme, mais nous ne voulons pas qu’elle soit mariée à un vaurien, un homme qui ne travaille pas, qui ne fait rien pour mener une vie honorable. Il ne compte que sur ses parents. Pourquoi ne cherche-t-il pas du boulot. Si un tel homme mariait une femme, il la fera souffrir.

Nous lui avons dis à plusieurs reprises que s’il veut marier notre fille, il n’a qu’à trouver d’abord un travail pour pouvoir la prendre en charge et lui offrir une vie décente. Il ne veut pas travailler, alors nous ne lui donnerons jamais la main de notre fille en mariage.

Pour ce qu’il vient de faire, en la détournant dans sa chambre, nous le poursuivrons pour cela jusqu’au bout » déclara dans un souffle de colère. Mais pour la famille de Yarg, il n’en est rien. «La fille ne doit pas tout simplement être mariée par Yarg parce que c’est un Hartani, voilà, un point un trait».

Pourtant tel n’est le cas dans cette affaire. Ce n’est pas un problème du racisme. Loin s’en faut. La faute est liée à Yarg. Affaire à suivre.

Abou Cissé

Source : L’Authentique

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge