Les éléphants blancs d ’Aziz / Première partie.

Depuis l’avènement du président Mohamed Ould Abdel Aziz en 2008, nombre de structures étatiques nouvelles ont soit été créées soit transformées et dont l’efficacité reste à démontrer.

Chaque mois apporte son lot de mise en place de nouvelle société étatique, l’on a assisté à la Transformation de la défunte SOCOGIM en Iskan ,qui n’a à notre connaissance n’a pas fait pousser un seul bâtiment de terre et dont le budget dit-on est cinq fois supérieur à celui de la première .

Dans le domaine des transports terrestres ,au faîte de la lune de miel avec l’Iran qui a engendré un don de bus et de véhicules ,on créa une société de transport public sans aucune étude de marché préalable ,cette opération se révèle un gouffre financier ;

les bus iraniens sont hyper consommateurs de carburant ,le coût du billet décrété ne pouvant nullement couvrir les frais de fonctionnement ,obligation a été faite aux entreprises publiques de prendre des actions de la STP ,enfin les habitants de Nouakchott n’ont jamais été aussi confrontés au manque criard de moyens de déplacement que maintenant ;on peut faire deux heures sans qu’un seul bus de cette fameuse société ne pointe le nez .

Pour une raison inexpliquée, une nouvelle compagnie aérienne est montée de toute pièce alors que Mauritania Airways proposait à l’état de lui céder 66% de son capital afin d’éviter la surcharge de compagnies pour un marché étroit qu’est le marché Mauritanien.

Les courtiers se mettent en branle et trois boeings hors d’âge sont achetés rubis sur ongle. Entretemps, l’ANAC est sanctionnée et blacklistée par l’UE .Les avions de Mauritania Airlines sont réputées pour les pannes, les accidents évités de justesse que pour autre chose. Certaines chancelleries interdisent leurs employés à voyager sur ces lignes même pour un aller simple pour Nouadhibou .Une catastrophe aérienne ne peut être une surprise pour personne

En plus de l’agence pour l’emploi des jeunes, on crée une Caisse de dépôts et de développement sensée financer les projets des demandeurs d’emploi en sus des CAPECS, dotée d’un budget à faire pâlir n’importe quel ministre, les résultats de cette instance se font attendre.

Pour éviter une sortie à l’étranger des primes payées par la SNIM aux grandes compagnies étrangères d’assurances (objectif louable ) ,on se précipité ,on pousse la SNIM et certaines compagnies de la place à mettre sur pied une compagnie d’assurances : Damane Assurances est née ,mais qui veut –on tromper ,la SNIM classée ISO 9001 et autres ,ne peut conserver ces notations que si ses risques sont assurés par une entreprise d’assurance de renom et où des professionnels sont aux manettes .

Damane Assurances est ce une vraie compagnie(manque de compétence avérée aux manettes) ou un courtier prélevant les primes de la SNIM pour le compte d’une tierce compagnie ? La question mérité d’être posée. Enfin tous les lobbyistes de la place agitent marabouts, réseaux et autres leviers pour qu’un des leurs soit coopté comme directeur ou président de la future zone franche de Nouadhibou, un autre éléphant blanc de la galaxie azizienne.

Que d’argent public dilapidé par ces projets improvisés répondant plus à un enrichissement de proches et à un besoin de populisme qu’à un véritable souci du développement. Tels sont les premiers gros éléphants blancs de la troupe, les petits, nous nous en occuperons dans nos prochaines éditions

Par CSM

Source : Taqadoumy

Publicité

Mauritel

Speak Your Mind