Les ex-Flam restent dans la clandestinité et l’ordonnance 2006-30 modifiée menace les partis du FNDU…

maskCHEZVLANE : Il existe en Mauritanie deux lois : la première est celle que tout le monde connaît et respecte qui s’appelle la loi du plus fort que le peuple n’a jamais perdu de vue depuis la nuit des temps jusqu’à nos jours, c’est la loi naturelle. La seconde, c’est la loi arrivage,  car c’est la loi importée de la 5ème république française par codes entiers sans qu’aucun mauritanien ne l’ait votée loi par loi car il a bien fallu créer, du jour au lendemain, une république arrivage avec comme fondation et main-d’œuvre  les enfants de la loi naturelle, le tout suivant la volonté des fils de Marianne. Autant imposer aux dromadaires la parade du coq.

 Autant la première loi naturelle est connue de tous car depuis des siècles, elle permet de gouverner son monde dans la paix sociale au milieu de l’inégalité naturelle de traitements et de droits, autant la seconde, la loi arrivage est chimérique pour tout le monde car chacun en connaît la portée…

La loi naturelle n’a pas besoin de texte et tout le monde la respecte pacifiquement. C’est la loi qui trouve une résonance dans la culture locale. C’est la loi du chef qui dicte ses directives comme des ordres à une armée civile et militaire, c’est la loi du père de famille, tyran de droit naturel chez lui. Cette loi naturelle fait qu’un président mauritanien sitôt à la tête d’une armée devient le maître absolu avec des prisons vides, des rues paisibles à quelques rares exceptions près quand ceux qui veulent appliquer la loi arrivage réclament des droits contre nature.

Cette loi naturelle que chacun connaît stipule :

- Ne jamais être militant contre le pouvoir si on est fonctionnaire ou homme d’affaires sinon on risque la ruine, perdre son emploi et ne jamais faire carrière.
- Ne pas même faire de politique en général sinon être avec le chef du moment.
- Ne jamais affronter le pouvoir autrement que par la langue et les mots sur internet sinon ce sont les coups de la police et éventuellement la prison.
- Accepter que celui qui tient le pouvoir ait le droit de s’enrichir lui et les siens jusqu’au suivant car c’est la loi naturelle comme racines culturelles de la majorité.
- Le chef peut nommer et dégommer qui il veut,  sa raison d’état fait la loi, le juge étant un auxiliaire de cette loi naturelle, l’avocat n’étant que le griot des griefs éventuels à claironner au nom du vernis arrivage.
- Etc. 

La loi arrivage, c’est cette loi que les juges découvrent au cas par cas et l’appliquent si elle va dans le sens de la loi naturelle sinon on ne l’applique pas tout simplement d’abord car elle est néo-coloniale et ensuite car elle n’est pas naturelle. Cela n’empêche pas que l’état dépositaire de la loi naturelle puisse faire voter des lois pour acclimater la loi arrivage. Ainsi nous avons eu droit à tout et n’importe quoi en la matière : code de la nationalité bancal jusqu’au pillage  de la loi sénégalaise contre la cybercriminalité.

Face à la loi naturelle qui à force de loi, c’est le cas de le dire, les partis d’opposition et les ONG qui ne sont pas du côté de la force de la loi naturelle, réclament la loi arrivage plus ou moins révisée en étant toujours surpris du peu d’impact que cette loi arrivage a sur le cours des choses qui suivent la loi naturelle.

Cela donne des situations plus ou moins ridicules, grotesques ou pathétiques.

Il y a plusieurs exemples : Birame attaque la loi naturelle et réclame justice par la loi arrivage et ce avec force avocats. C’est d’autant plus vain que son discours subversif n’a aucune force naturelle pour intimider la force naturelle qui lui fait face car tout en ces sortes d’affaires est une question de rapport de forces naturelles or la force arrivage  n’a pas droit de cité sauf via les paroles sans forces naturelles.

Ainsi quand on est salafiste et qu’on a tué des soldats mauritaniens de la pire façon, on nous invite au dialogue car on représente une menace réelle en termes de force naturelle. De là la clémence, la peine de mort muée en quelques années de prison avec pour certains une sortie naturelle après prise d’otages. Rien de plus normal car la loi naturelle étant celle du plus fort et du plus déterminé, quiconque passe à l’acte et peut encore le faire surtout au nom d’une idéologie qui fait recette, devient partenaire naturel de dialogue pour l’apaisement mais quiconque parle dans le vide en invoquant la loi arrivage se trompe d’époque car le colon n’est plus là pour pacifier les affaires entre les indigènes qui passaient leur temps à pratiquer ladite loi naturelle.

C’est dans ce cadre, que les Flam sont rentrés en Mauritanie après plus de 20 ans d’exil abandonnant la lutte avec la force naturelle pour essayer de se battre avec la loi arrivage. Le résultat est désastreux car malgré le retour pacifique, malgré la main tendue au dialogue, malgré les sorties télévisées du président, malgré le changement même de nom des flam qui sont devenues les Forces Progressistes du Changement, l’Etat de la loi naturelle a la rancune tenace surtout face aux faibles et refuse un récépissé à cette formation politique pacifiée.

En désespoir de cause, n’en pouvant plus d’attendre une réponse du ministère de l’intérieur après dépôt de dossier,  malgré le courrier de relance et demande d’audience non accordée,  le président des FPC, ex-Flams, Thiam samba vient d’annoncer d’après une acrobatique lecture de la loi arrivage que selon l’avis de juristes son parti est désormais légal car l’ordonnance relative aux partis politiques a un caractère déclaratif… 

Ainsi comme le croit désespérément Thiam Samba :  dès l’instant qu’on va déposer son dossier de demande de reconnaissance, en cas de non réponse des autorités compétentes, on est dans la légalité en la matière sauf que pour les impôts, n’étant pas retenus à la source, salaire par exemple, ils sont perçus chez nous suivant le fameux mode déclaratif. Ainsi vous allez faire votre déclaration mais elle est nulle si l’autorité ne la reconnaît pas car il vous faut payer et avoir une quittance pour être conforme avec la loi arrivage en la matière supervisée par la loi naturelle même si en termes d’impôts cela se passait déjà ainsi avant le colon suivant la loi naturelle islamisée.

Donc quand Thiam Samba déclare que son parti le FPC est un parti désormais légal, il prend le chemin de Birame car son parti n’a aucune légalité tant qu’il n’est pas reconnu par l’Etat de la loi naturelle aux commandes de la loi arrivage néo-coloniale.

Non seulement Thiam Samba et les siens risquent de se ridiculiser en cas d’élection car aucune CENI ne peut les accepter mais en plus ils risquent de subir la rigueur de la loi arrivage qui en la matière est claire…

« ORDONNANCE n° 91 -024 du 25 juillet 1991 relative aux partis politiques
(Journal Officiel n° 764 du 05 Savar 1412, 15 Aoput 1991. Pages 482-486)

 ART.27. -Toute personne qui en violation des dispositions de la présente ordonnance fonde, dirige ou administre un parti politique sous quelque forme ou dénomination que ce soit, encourt une peine d’emprisonnement de 6 mois à trois ans et une amende de 80.000 ouguiya à 400.000 ouguiyas… »

http://idpbarcelona.net/docs/recerca/mediterranea/fichas/mauritania/partidospoliticos.pdf

———————-

Que peuvent faire contre cela les ex-Flam ? Aller à l’affrontement contre la force de la loi naturelle or pour cela il faut avoir suffisamment de troupes pour être pris au sérieux ou pouvoir faire peur comme les salafistes pour inspirer le respect sinon les ex-flam n’auront plus qu’à faire comme tout le monde qui réclame via la presse l’application de la loi arrivage revisitée ou non mais ça, c’est le dernier souci de l’état de la loi naturelle que tout le monde connaît et respecte pacifiquement, allant même jusqu’à participer à l’élan de naturalisation de la loi arrivage.

Quant au FNDU : RFD, UFP et autres seconds couteaux. Selon les dispositions de l’ordonnance relative aux partis politiques du 25 juillet 1991, révisée une fois le 22 août 2006 pour une petite chose ayant trait aux fonds d’aide aux partis, révisée enfin en 2011 : tout parti qui s’abstient de participer à deux élections municipales verrait le retrait de son autorisation ! Ainsi vu que ces partis ont boycotté les dernières élections municipales et législatives, si jamais le pouvoir décidait de refaire les élections municipales, s’ils n’y participent pas, ils deviennent clandestins comme les ex-flam, l’IRA etc.

« Projet de loi portant modification de certaines dispositions de l’ordonnance 91-024 du 25 juillet 1991 relative aux partis politiques ; 

Le projet de loi abroge et remplace les dispositions de l’article 20 de l’ordonnance 91-24 du 25 juillet relative aux partis politiques, modifiée par l’ordonnance 2006-030 du 22 août 2006 ; les nouvelles dispositions déterminent une clé de répartition du financement public des partis politiques et permettent le retrait de l’autorisation du parti politique qui se présente à deux échéances électorales des municipales et obtient moins de 1% à chacune d’elles ou qui s’abstient de participer à deux élections municipales  »

http://www.ami.mr/fr/index.php?page=Depeche&id_depeche=16161

Source : CHEZVLANE

Toute reprise partielle ou totale de cet article doit faire référence à www.rimweb.net

Brochure MOIMA Annonces1 Brochure MOIMA Annonces1

Exprimez vous!

CommentLuv badge